Balades

Alto Aragon #1


Les ingrédients d’un WE réussi : de bons amis, un programme sympathique et du soleil.

Ce WE, tous les éléments étaient réunis et nous voilà donc partis, la voiture bien chargée : glacière avec le pique nique du lendemain, chaussures de randonnée (petite randonnée je précise) et un énorme sac de vêtements (on ne sait jamais, le temps pourrait virer à la tempête de neige) et de chaussures (plates, à talons, ouvertes ou fermées afin de pouvoir allègrement fouler parquet ou pavés … 4 paires, no comment !!!).

 A peine 2 heures plus tard, après plusieurs pauses photo,  nous voilà arrivés à bon port ou presque, un peu en avance sur nos amis. Qu’à cela ne tienne, une bodega sur notre route et première dégustation de vin. Pas facile le vin rouge à 17h sous 30° mais il fait si bon à l’ombre du chai de dégustation.

Quelques verres plus tard, nous repartons pour l’hôtel à quelques kilomètres de là. Installation (traduire inspection générale à la Bree Van De Kamp), un peu de repos et nous visitons Ayerbe, petit village d’Espagne sans grand intérêt. Comme ce sont les fêtes du village, M-Chéri retrouve une âme d’ado, (je me moque mais c’est chouette un ado amoureux !!!) et gagne une peluche au tir à la carabine (petite la peluche mais la carabine était faussée, c’est sûr !!!)

Nos amis arrivent, c’est l’heure de l’apéro. Pas de tapas, nous sommes raisonnables … mais un bon apéro aux doses espagnoles !!! 21h45, c’est quand même l’heure de passer à table. L’hôtelier nous a conseillé une bonne table. Il s’avère qu’il s’agit d’une taverne baptisée comme tant d’autre en Espagne « El Bodegon » au fond d’une venelle. Le chef à l’œil de verre fume sa clope devant le restaurant, la serveuse est … pour le moins négligée, attifée à la « one again », une trace de main sale sur les fesses … tout un poème. Nous sommes les seuls clients, on se croirait à l’Auberge Rouge mais à l’heure espagnole, il est encore trop tôt  !!!

Il fait encore 25° à l’extérieur mais la cheminée crépite, les grillades sont les spécialités de la maison. La serveuse nous présente la carte. M-Chéri choisit d’abord le vin … il faut entretenir la machine !!! Nous nous laissons tenter par des côtes de bœuf pour deux. Gavda (oui, après quelques verres, nous sommes devenus amis avec la serveuse) nous précise qu’elles sont petites et qu’il vaut mieux en prendre une chacun. Soyons fous mais en guise de côtes, ce sont de vulgaires entrecôtes, trop cuites et aussi tendre que la maison est charmante !!! Elles sont accompagnées de frites maison, bonnes les frites mais à peine 8 par personne !!! Peu importe, le vin nous plaît, nous entamons la 3ème bouteille. Les hommes veulent un dessert. En un temps record,  la glace en petit pot carton est sur table. Je crois ne pas en voir vu depuis mes années lycée … mais je n’aime de toute façon pas les glaces.

Peu charitables, faute de bien manger, nous rions beaucoup. L’heure avance. Le patron nous offre de la liqueur d’herbe, nous apprends que Gavda est sa femme … il est tard !!!

Ces messieurs veulent boire du champagne … mon amie et moi jetons l’éponge et les laissons. C’est que nous avons prévu une randonnée demain ; petite certes, mais si on ne veut pas crapahuter au pic de la chaleur il va quand même falloir de lever.

Cela ne soucie pas nos hommes. Ils rentreront bien tard, seront en retard au petit déjeuner et M-Chéri tentera de nous persuader qu’il a été empoisonné tellement il est malade … pas gagnée la randonnée !!!

La suite demain mais voici quelques photos en attendant.


Chemin faisant, à quelques kilomètres de Riglos


La Bodega …



Les champs d’amandiers

You Might Also Like

No Comments

    Leave a Reply

    *