Critiques littéraires

La valse lente des tortues

Ca y est, j’ai terminé le dernier roman de Katherine Pancol. Non pas qu’il soit pénible à lire mais c’est que je manque de temps … et que les 2 volets réunis, c’est pratiquement 1500 pages. J’avais profité des temps morts liés au transports pendants nos vacances romaines (ce sera d’ailleurs un de mes meilleurs souvenirs de ces congés !!!) pour dévorer le premier volet de cette saga et j’ai écourté les deux nuits précédentes pour terminer le second. Je vous passe les injures de mon chéri qui ne comprend pas que l’on puisse aimer lire et que la lumière dérange (c’est vrai que passé minuit, j’avoue que j’ai abusé … )
Enfin, cette lecture m’a passionné … la barre est haute pour le prochain livre que j’attaque, mais je sais que je peux compter sur Ana Gavalda !!!

livre2          livre3

Le sujet du premier volet « Les yeux jaunes des crocodiles » : Iris, la quarantaine est belle, riche et élégante, elle mène une vie de bourgeoise parisienne, adore les mondanités et ne vit que pour l’argent, mais elle s’ennuie ferme. Joséphine sa sœur, au grand coeur, manque totalement d’assurance alors que c’est une brillante chercheuse spécialiste du Moyen Age. Sa vie sentimentale tourne au désastre dès les premières pages, elle vit en banlieue avec ses 2 filles et se bat pour tenir debout.
Un jour, lors un dîner, afin d’impressionner les convives, Iris prétend qu’elle écrit. Entraînée par son mensonge, elle persuade sa soeur d’écrire un livre qu’elle signera, elle. Abandonnée par son mari, acculée par les dettes, Joséphine se soumet. Elle est habituée : depuis qu’elles sont enfants, elle a toujours été sous l’influence de sa sœur. C’est alors que le destin de chaque soeur va basculer.

Plusieurs générations se croisent dans ce roman : la mère de ces deux sœurs et les deux filles de Joséphine entre autres. Les personnages vont souvent par paire, de caractères antagonistes. Ils sont parfois très stéréotypés, voire caricaturaux mais on s’attache à eux,  aussi improbables soient-ils. Il y a ceux auxquels on s’identifie d’emblée et ceux que l’on déteste dès les premières lignes. C’est certes un pavé, avec quelques longueurs (la 1ère partie est un peu lente à mon sens mais cela vaut le coup de s’accrocher) mais l’histoire devient de plus en plus prenante et l’écriture est fluide. Beaucoup d’humour et de tendresse, des relations étranges et évolutives. Des dits perdants qui gagnent … bref, une histoire qui nous entraîne très vite.

Second tome : « La valse lentes des tortues ». Je ne peux pas en dire plus sur l’histoire sous peine de révéler la fin du premier. Il est tout à fait abordable sans avoir lu la première partie mais ce serait vraiment dommage. On retrouve avec plaisir les même personnages que les événements du premier tome ont « refaçonné ». Ce second volet se lit avec autant de plaisir que le premier, même si on peu regretter que le côté caricatural des personnages soit renforcé et que certaines situations semblent vraiment improbables. Peu importe, cela vaut vraiment la peine de se laisser emporter par cette valse.

Quant aux titres énigmatiques, je vous laisse le soin de découvrir quels secrets ils renferment …

You Might Also Like

1 Comment

Leave a Reply

*