Critiques littéraires

2012

Vendredi soir, j’ai testé avec Melle la dernière grosse machine cinématographique made in US, le film catastrophe de Roland Emmerich : 2012.

Ce film a fait un malheur au box-office américain et est parti sur la même tendance en France si j’en crois les files d’attentes devant notre Méga CGR.

Difficile de critiquer 2012. Qualité principale du film, je dois bien l’avouer, il dure 2h40 (en général, au delà de 2 heures, en digne hyperactive, je fuis) mais on ne s’ennuie pas une seconde. L’entracte (oui, je n’avais pas vu de film entrecoupé depuis Titanic) arrive sans qu’on s’en rende compte et les lumières se rallument aussi vite. De ce point de vue là, c’est une réussite. Les effets spéciaux sont époustouflants, c’est de l’artillerie lourde. Malheureusement, aucun doute non plus pour le reste et on va oublier très vite. Je me doutais bien de la chose, je savais ce qui m’attendais, que ce serait aux antipodes du petit cinéma d’auteur … et comme dirait l’autre, j’avais qu’à pas aller.

Pourtant, outre le fait que je voulais faire plaisir à Melle, je n’ai pas passé un si mauvais moment. Le film démarre sur une pseudo-prophétie maya selon laquelle notre monde, « tel que nous le connaissons », sera balayé par un cataclysme géant en 2012 en raison de l’alignement des 5 planètes de notre système.

Le problème n’est pas là, THE problem, ce sont tous les clichés qui sont véhiculés pendant presque 3 heures !!! Je vous cite en vrac le président noir qui sent la compassion à plein nez, le scientifique et la fille du président ardents défenseurs de la misère dans le monde qui finiront ensemble (et là, ce n’est même pas vous dévoiler un secret du film, la ficelle est tellement grosse …), le richissime russe, sa poupée siliconée et ses sales gosses de riches, à contrario, la jolie petite famille américaine puis le sage moine tibétain et les vaillants ouvriers chinois …. rien ne nous est épargné, pas même le rescapé de Woodstock complètement allumé de la tronche !!!

je pous passe qu’ensuite, j’ai du remonter le moral à Melle qui croit dur comme fer à la fin du monde en 2012 et commence même à se demander à quoi ça sert de travailler si c’est pour ne pas connaître 2013 … vive les ados !!!

Bref, si vous voulez encore y aller, courez-y vite avant qu’on ne vous ait raconté tous les effets spéciaux, le film ne vaut que par ces surprises là !!!

You Might Also Like

No Comments

    Leave a Reply

    *