Marche ou crève (Stephen King)

201409 Lecture

« Marche ou crève » ou « The long Walk » pour le titre original. L’histoire de 100 jeunes hommes qui participent à une longue randonnée encadrée par l’armée, à travers les états unis et dont un seul sortira vainqueur.

Je n’ai pas envie d’en dire davantage car c’est tout ce que j’en savais avant d’entamer ce livre (je lis rarement les 4ème de couverture), le choix étant venue d’une discussion avec Yuko. En effet, je n’avais jamais lu le moindre ouvrage de Stephen King et nous avons donc décidé que celui là serait l’objet d’une lecture commune.

Si je vous raconte tout ça, c’est que je ne savais pas non plus que Carrie ou Shinning étaient des films tirés de livres de cet auteur … l’ignorance réserve parfois de sacrées surprises.

D’emblée, ce livre m’a mise très mal à l’aise. Sans doute parce qu’on ne sait rien ou presque de ces jeunes (ni d’où ils viennent, ni pourquoi ils participent à ce jeu), ensuite parce qu’ils ne se battent pas entre eux, mais contre eux même luttant contre la douleur et l’épuisement et enfin parce les spectateurs de cette compétition sont nombreux, étrangement fascinés par la mort … bref, tout cela n’avait aucun sens pour moi.

Ceci dit, le talent de Stephen King (outre une belle plume), tient à ce qu’il nous fait ressentir cette douleur physique et mentale maintenant une tension permanente. Cette lecture m’a vraiment laissé un étrange sentiment d’angoisse et, comme les marcheurs, j’étais poussée à tourner les pages les unes après les autres, impossible de poser le livre !!!

Le roman date de 1979 et reste moderne en 2014 si on se réfère à toutes les émissions de téléréalité qui fleurissent mais je ne sais toujours pas si j’ai aimé ou pas. C’est un constat terrifiant d’une société bien violente qui nous est dressé là.

Si la qualité d’un livre se résume aux émotions qu’il suscite, j’ai été très troublée, un peu comme si le temps de cette lecture j’avais voyagé dans un monde parallèle et je me dis que vraiment, cette première lecture de Stephen King est … une expérience … que je ne suis pas sûre d’avoir envie de renouveler.

PS1 : la dose d’humour nécessaire c’est quand ma petite nièce m’a piquée mes lunettes et le livre …
PS2 : la critique de Yuko c’est ici