L’amour et les forêts (Eric Reinhardt) – RL 2014 #5

SAMSUNG CSC

Suite à un échange épistolaire, Eric Reinhardt rencontre une de ses lectrices Bénédicte Ombredanne. C’est une jeune femme mariée et mère de deux enfants. Intelligente, agrégée de lettres, passionnée de littérature, professeur dans un lycée, elle a, en apparence tout pour être heureuse mais en fait, son quotidien est un enfer auprès d’un mari tyrannique qui n’a de cesse que d’humilier sa femme.

On a beaucoup parlé de se livre lors de rentrée littéraire mais le sujet ne m’attirait pas plus que ça. Il se trouve qu’en novembre, au cours de la même semaine, on m’en a parlé trois fois en termes dithyrambiques, qu’Eric Reinhardt a dîné dans notre restaurant et qu’une rencontre littéraire était planifiée le le lendemain … c’était autant de signes pour me motiver à le lire !

Les deux premiers chapitres sont déroutants, je me suis même demandée où l’auteur voulait en venir mais très vite l’intrigue psychologique se met en place … et la souffrance du lecteur avec.

Eric Reinhardt, utilise un procédé de pseudo fiction ingénieux (et il a expliqué avoir réellement rencontré une lectrice qui lui a raconté son émouvante histoire et avec laquelle il a ensuite beaucoup échangé). Dans la première partie du roman, il dresse le portrait de son héroïne au bord du gouffre (un bémol sur ce nom d’Ombredanne qui m’a dérangé tout au long du livre, je crois qu’il l’aurait appelé Emma Bovary ça m’aurait moins agacée …) et dans la seconde, il remonte la vie de cette dernière tentant d’expliquer comment Bénédicte s’est enfermée dans cet enfer à force de renoncements personnels face aux autres.

Fidèle à mon habitude, je ne vous en dirai pas davantage de peur de vous gâcher le plaisir de lecture et ce serait dommage de ne pas vous laisser embarquer dans le destin tragique de cette femme tout en contradictions. Il y a en cette héroïne une part de Madame Bovary et une part de Cendrillon. Finalement, ce livre soulève entre autres la question de la place de la femme dans notre société actuelle : comment concilier, vie de mère, vie de femme et vie professionnelle … pas simple déjà en ayant une vie de couple équilibrée mais tellement difficile dans le cas de Bénédicte !

Il y a beaucoup de finesse et de sensibilité dans ce roman (cela transpire d’ailleurs chez l‘auteur) et certains passages sont à la limite du soutenable. J’aurais aimé secouer Bénédicte pour son impuissance face à un mari aussi pervers.

C’est vraiment un ouvrage magnifique qui ne peut pas laisser indifférent (certains passage sont même éprouvants) et un témoignage poignant servi par une écriture à la fois délicate et percutante. Eric Reinhardt alterne plusieurs styles : le chat sur meetic vaut son pesant d’or, les joutes verbales entre Christian et Bénédicte sont brillantes, certains passages sont très romanesques et l’autofiction utilisée en filigrane très astucieuse.

A noter qu’il faut que je lise Cendrillon du même auteur et auquel il fait de nombreuses références.

13 Comments

Join the discussion and tell us your opinion.

anyukareply
janvier 05, 2015 at 05:01

Huum ce livre suscite autant d’admiration que d’agacement, ça me fait encore hésiter mis je pense tout de même que je m’y pencherai… quand j’en aurai fini avec la pile qui m’attend 😉 !

Laurencereply
janvier 12, 2015 at 07:01
– In reply to: anyuka

Je comprends, je viens de lister la mienne … sans compter tous les livres qui trainent un peu partout, j’ai honte !!!

ArmEllereply
janvier 05, 2015 at 10:01

Comme vous j’ai commencé ma découverte de l’oeuvre de l’auteur avec « L’amour et les forêts », lecture qui a été un véritable coup de cœur ! Me voici maintenant dans la lecture de « Cendrillon », parce que, bien entendu, j’ai eu la même réaction que vous… là on n’est plus dans le même registre, l’imprégnation est plus difficile mais je ne renonce pas et je persisterai avec « Le système Victoria ».

Laurencereply
janvier 12, 2015 at 07:01
– In reply to: ArmElle

Moi aussi, c’est mon premier livre de l’auteur. Victoria sera pour plus tard … Cendrillon aussi !

Matching Pointsreply
janvier 06, 2015 at 08:01

Nous ne connaissons pas du tout cet auteur. Le sujet paraît en effet assez difficile et, nous l’avouons, peu tentant mais le fait de rencontrer un auteur en personne incite souvent à le lire. D’autres, comme nous avons eu l’occasion de le dire lorsque nous participons au Printemps du livre à Cassis, nous ont quelquefois rebuté.

Laurencereply
janvier 12, 2015 at 07:01
– In reply to: Matching Points

C’est vrai que c’est à double tranchant. En l’occurence, je ne l’aurais jamais lu (comme vous, à cause du sujet) mais finalement, j’aurais eu tort !

Matching Pointsreply
janvier 06, 2015 at 08:01

Oups ! « Rebutées », c’est mieux comme ça !

Laurencereply
janvier 12, 2015 at 07:01
– In reply to: Matching Points

Si vous saviez toutes les fautes que je laisse filer …

Ta soeurreply
janvier 06, 2015 at 10:01

Je voulais le lire … il sera sur ma pile déjà conséquente de 2015 … qui est déjà sur celle de 2014 !!!
Bisous ma sœur !

Laurencereply
janvier 12, 2015 at 07:01
– In reply to: Ta soeur

Je te le garde … tu me prêteras « Le Royaume » ! Bisous

Koalisareply
janvier 07, 2015 at 01:01

tu en parles si bien, j’ai envie de le lire !

Laurencereply
janvier 12, 2015 at 07:01
– In reply to: Koalisa

Alors si tu es en forme lis le ! Je dis ça car c’est quand même très triste et le sujet très dur !

La chambre des époux (Eric Reinhardt) RL 2017 #1 – Instantanés Futilesreply
août 21, 2017 at 03:08

[…] ses rencontres pour ses livres ; il le fait en mêlant les récits (c’était déjà le cas dans l’amour et les forêts) et une fois encore je trouve la construction virtuose. Delphine de Vigan a déjà expérimenté […]

Leave a reply

*