Critiques littéraires

Soeurs de miséricorde (Colombe Schneck) – RL2015 #6

201601 Lecture

Dans « Sœurs de miséricorde », Colombe Schneck aborde un thème qui lui est cher, celui des femmes et de la force qui les pousse à vivre ou survivre !

Azul, jeune amérindienne Quechua (Bolivie) grandit dans un village prospère, riche de son agriculture entre sa mère et ses frères et sœurs avant d’être obligée de s’exiler en Europe afin de travailler et de subvenir aux besoins de sa famille. Débarquée à Rome alors qu’elle ne connaît ni la langue, ni la ville et encore moins les coutumes des familles qui vont l’embaucher, Azul découvrira le mépris ou les humiliations, les patrons plus ou moins mauvais, la tyrannie des tâches domestiques ingrates mais à force de courage, elle conservera ses valeurs et son intégrité.

C’est un beau roman sur les femmes et sur la solidarité. Colombe Schneck évite les écueils du misérabilisme et nous livre au contraire un roman optimiste qui donne matière à réflexion sur l’essentiel de la vie. Elle nous permet en outre de découvrir un pays, la Bolivie, sans doute un des plus pauvres du monde mais entre les lignes on rêve de ces paysages colorés et grandioses.

Son écriture est simple (et ce sera là mon seul bémol, parfois un peu plat) mais l’auteure nous donne une belle leçon de vie, de courage et d’humanité à travers l’histoire d’Azul, obligée de laisser ses propres enfants pour s’occuper de ceux des autres !

J’ai rencontré Colombe Schneck en novembre, entre dédicaces et rencontres, elle était très disponible et cette histoire est largement inspirée de sa propre vie puisqu’elle a eu a son service une jeune bolivienne qui un jour lui a demandé « Est-ce que je vous donne assez ? ». Cette phrase « insensée » lui a fait comprendre à quel point elle ne savait rien de cette femme qui travaillait pour elle depuis des années, à qui elle avait confié de qu’elle avait de plus cher : ses enfants, son intimité et de fil en aiguille, elle a rencontré d’autres nounous ou employées de maison avant de se rendre en Bolivie puis de nous écrire ce très beau livre !

You Might Also Like

13 Comments

  • Reply
    Yuko
    4 janvier 2016 at 14 h 49 min

    Tu en parles très bien et me donne très envie de le découvrir ^^ 2016 sera peut-être une année faite de découvertes, en tout cas, c’est sur que tu y contribueras ^^

    • Reply
      Laurence
      10 janvier 2016 at 17 h 12 min

      Merci Yuko ! Je peux te renvoyer le compliment, ton blog est source de belles découvertes ! Bises

  • Reply
    Matching Points
    4 janvier 2016 at 23 h 01 min

    Nous avons entendu parler de cet écrivain mais nous n’avons encore rien lu d’elle. Le thème de l’exil est inépuisable !

    • Reply
      Laurence
      10 janvier 2016 at 17 h 13 min

      Elle a écrit beaucoup de livres sur elle et sa famille : l’avortement, la déportation, la puissance des femmes, autant de thèmes qui lui sont chers !

  • Reply
    Anne
    5 janvier 2016 at 7 h 05 min

    En tout cas, tout le monde en dit du bien!

    • Reply
      Laurence
      10 janvier 2016 at 17 h 13 min

      J’ai bien aimé, même si ce n’est pas un livre inoubliable, c’est une belle histoire.

  • Reply
    Koalisa
    5 janvier 2016 at 11 h 11 min

    Je me souviens de ton autre article sur elle, ça donne envie de la lire décidément !

    • Reply
      Laurence
      10 janvier 2016 at 17 h 14 min

      Oui, c’est une auteure à lire !

  • Reply
    chiffonsandco
    5 janvier 2016 at 19 h 55 min

    J’avais lu un petit article concernant ce livre sur ELLE, je crois….

    • Reply
      Laurence
      10 janvier 2016 at 17 h 15 min

      Oui, je l’ai lu aussi … après avoir lu le livre mais j’avais bien 5 semaines de retard de ELLE ! Ceci dit, vu l’épaisseur des derniers numéros, je devrais rattraper ça très vite 😉

  • Reply
    anyuka
    6 janvier 2016 at 19 h 01 min

    J’aime vraiment bien Colombe Schneck, ses livres sont je trouve d’une grande sincérité…

    • Reply
      Laurence
      10 janvier 2016 at 17 h 16 min

      C’est vrai qu’elle se livre énormémént dans la plupart de ses ouvrages. Celui là est certes moins autobiographique mais quand même inspiré de sa propre expérience !

  • Reply
    Chanson douce (Leila Slimani) – RL2016 #1 – Instantanés Futiles
    17 septembre 2016 at 19 h 09 min

    […] L’auteure évoque la difficulté de mener de front carrière professionnelle et vie de famille mais également avec beaucoup de pudeur la vie des nounous, leurs rencontres dans les parcs alors qu’elles gardent les enfants, le sort de ces femmes, souvent immigrées, sans doute par toujours déclarées, parfois même sans papier. Ces femmes qui rentrent dans l’ombre dès que les parents, sortis du travail reprennent possession de leurs foyers. Certains de ces passages m’ont rappelé le livre de Colombe Schneck sur les femmes de ménages (Soeurs de miséricorde). […]

Leave a Reply

*