La maison au bord de la nuit (Catherine Banner)

201604 Lecture 2

Si comme moi vous aimez les sagas familiales, ce livre est fait pour vous.

Amadéo Esposito est un jeune orphelin qui a été recueilli par un médecin qui lui a permis de faire des études et de devenir médecin à son tour. A l’aube du premier conflit mondial, c’est à Castellamare, une petite île perdue au large de Syracuse qu’il trouvera son premier poste et passera sa vie.

Cette Saga balaye le grand siècle comme dirait Ken Follett. Il va s’en passer des événements heureux et malheureux sur cette île reculée (tout juste un cailloux) et l’auteure pose ici une magnifique histoire d’amour mais aussi (et surtout) une chronique des années d’entre deux guerres, l’Italie fasciste, l’ouverture de la petite île au tourisme, les progrès technologiques du siècle … bref, un roman foisonnant qui se lit d’une traite.

Il y a un peu de l’île aux oubliés de Victoria Hislop dans cette histoire et cette île aussi belle qu’hostile est un personnage à part entière. Sur fond de croyances et de processions à la gloire de Santa Agata, les habitants sont autant de personnages attachants qui se retrouvent au café de « La maison au bord de la nuit ».

C’est bien écrit, fluide, bien rythmé et c’est avec un beaucoup de plaisir que je me suis laissé portée par l’histoire de la famille Esposito sur 3 générations.

Un grand merci à Babelio et aux éditions Presses de la Cité, grâce pour ce voyage italien enchanteur.