Joie (Clara Magnani)

FullSizeRender

Gigi est un cinéaste Italien reconnu ; nous sommes en 2014, il a 70 ans et en fin d’été, son cœur s’arrête. Une mort rapide, sans douleur, comme il l’avait toujours souhaitée se souvient sa fille Elvira. Quatre ans plus tôt, Gigi rencontre Clara, jeune critique de cinéma belge qui ne cède pas aux avances du latin lover. Lui reste cependant persuadé que cette femme et lui ne partagerons pas que la passion du cinéma. Il a raison ; ces deux là connaîtront une merveilleuse « maturelove » et seront unis par des sentiments forts, secrets, empreints de raison et de respect pour leur famille respective.

J’ai adoré le délicieux parfum de liberté et d’optimisme qui se dégage de ces pages. L’adultère n’est pas pris à la légère mais il y a une sérénité dans ce livre qui m’ont fait un bien fou, une si belle illustration que que « L’amour s’impose à tous les âges » et que la complicité est un bien précieux.

Clara entame un « journal d’absence », s’adressant d’abord au disparu puis à Elvira sa fille  qui découvre au travers d’un manuscrit destiné à Clara cet amour, clandestin certes, mais tellement lumineux et heureux. Les trois modes narratifs s’imbriquent alors merveilleusement.  La pudeur est infinie dans ces pages ou le jugement n’est jamais présent et c’est simplement beau, comme le titre « Joie ».

On a beaucoup disserté sur l’auteur qui reste anonyme : coup de pub ? histoire d’adultère ? envie de rester secrète ? et si c’était un auteur ? … peu importe là n’est pas l’important, c’est un livre solaire, un roman au charme fou sur l’amour simple, le manque, l’attente … coup de coeur !!