Le sourire joli

Avoir peur. Avoir mal. Regretter. En vouloir à la vie. Regarder en arrière, puis très loin en arrière, être nostalgique à en vomir, être en colère, revenir vers demain puis finalement se concentrer sur aujourd’hui.

C’était il y a un an. Tout a changé. En quelques jours. Se lever un matin, partir à la plage pour moi, en montagne pour lui puis à la fin de la journée un seul de nous deux est revenu et celui qui est resté a cherché l’autre, un jour, deux, trois … et la sentence, terrifiante, est tombée au bout du cinquième jour.

C’était il y a un an. L’espoir et le désespoir se sont succédés, prenant mon destin en main, en otage. D’un excès à l’autre. D’envies en rejets il a fallu avancer, un peu trop vite au début, puis trop lentement. Finalement se poser, attendre, prendre le temps. Respirer, reprendre son souffle.

C’était il y a un an. Constater que la famille c’est ce que l’on a de plus cher, que les amis n’en sont pas tous, que les proches ne le sont pas tant que ça, qu’à contrario des personnes que l’on cotoyait « comme ça » se sont révélés des soutiens précieux et sont devenus chers, que ceux qu’on a négligé pendant des années sont toujours là. Retrouver des amis d’enfance, retomber en enfance, oublier, ralentir, ralentir encore … puis repartir.

C’était il y a un an. Il a fallu tout recommencer. Retrouver du travail, réapprendre un quotidien, se battre avec les tracas financiers, se dire que plaie d’argent n’est pas mortelle, ne jamais oublier que tout est possible, avoir des envies, un peu trop parfois, puis plus du tout mais croire en demain.

Puis cet été il y a eu quelques jours de vacances, de vraies vacances, un road trip à vélo, loin du bruit et de l’agitation. Une parenthèse salvatrice, des tours de pédales par milliers avec rien. Enfin, non, pas rien, juste l’essentiel :  deux sacoches, une tente et un ami. Un vrai. De ceux qui attendent patiemment que le ralentissement vienne, que le souffle s’apaise, que l’équilibre se fasse, fragile au début puis au fil des jours plus stable et qu’un matin j’aie « le sourire joli ».

Et puis ces dernières semaines il y a eu les souvenirs, qui sont remontés à flots, par vagues … jusqu’à ces derniers jours, de plus en plus nombreux, de plus en plus précis, souvent douloureux. Il y a eu ces repères de l’année qui maintenant ne seront plus les mêmes, enfin, je crois. Il y a eu les larmes, les constats ultimes, puis la paix.

Aujourd’hui je veux que cette rage de vivre qui m’a fait renverser les obstacles et rebondir se calme un peu. Je sais que l’on peut tomber et que tout peut s’arrêter mais je sais aussi que l’on peut chuter et se relever.  Je veux apprendre la mesure et l’équilibre.

Aujourd’hui j’ai envie. Envie de me retourner sans considérer le passé avec amertume et regrets. Envie d’avancer, de constater que le chemin parcouru en un an est immense. J’ai envie d’un avenir heureux et simple. J’ai envie de bienveillance, envers moi-même et envers ceux que j’aime. J’ai envie de sourire, j’ai envie de vivre … libre.

16 Comments

Join the discussion and tell us your opinion.

chiffonsandcoreply
octobre 26, 2017 at 03:10

wouahhhh, c’est joliment écrit et le fait d’arriver à mettre tout cela, en mots, démontre que tu as déjà fait un sacré chemin ! Je te souhaite de tout mon coeur toutes ces choses dont tu as envie et bien plus encore! Je t’embrasse fort!

Laurencereply
novembre 06, 2017 at 05:11
– In reply to: chiffonsandco

Merci K. … c’est le pouvoir des mots, parfois libérateur et salvateur. je peux passer des semaines sans écrire puis des heures sans m’arrêter mais bon, je ne vais pas vous saouler avec tout ça ici ! Je t’embrasse.

matchingpointsreply
octobre 26, 2017 at 03:10

Formidable témoignage de ce chemin parcouru – nous nous retrouvons un peu, beaucoup dans vos mots. De vrais amis, la famille, l’entourage qui est à l’écoute, et la bienveillance !
C’est un partage touchant encourageant pour d’autres qui se retrouvent dans une même situation.
Nous apprécions beaucoup votre style…

Laurencereply
novembre 06, 2017 at 05:11
– In reply to: matchingpoints

Merci à vous deux ! Pour votre message … et tous les précédents !

sophie bazarreply
octobre 27, 2017 at 09:10

… Je t’embrasse fort, très fort.

Laurencereply
novembre 06, 2017 at 05:11
– In reply to: sophie bazar

Merci Sophie, on a tous nos moments difficiles … Bises

yukoreply
octobre 27, 2017 at 09:10

Je découvre ton article et suis très émue. Je te souhaite de parvenir à cette paix à laquelle tu aspires et de trouver en toi et auprès des tiens cette bienveillance salvatrice. Je pense très fort à toi ! Bises

Laurencereply
novembre 06, 2017 at 05:11
– In reply to: yuko

Merci Yuko ! Je sais que tu ne savais pas … j’ai trouvé beaucoup de réconfort dans les livres et j’espère très vite refaire une LC ! Je n’ai que peu d’échanges sur mes lectures et finalement, ces liens virtuels ont beaucoup d’importance pour moi. Je t’embrasse.

Koalisareply
octobre 27, 2017 at 01:10

Bravo à toi d’avoir remonté la pente, d’avoir trouvé des forces après l’impensable. Douces pensées, je t’embrasse.

Laurencereply
novembre 06, 2017 at 05:11
– In reply to: Koalisa

Merci Koalisa pour ton message et pour venir ici régulièrement, malgré l’irrégularité de mes publications …

La Lune en Avrilreply
octobre 30, 2017 at 07:10

Juste des pensées… et le vent dans le dos pour avancer plus vite … bises Laurence

Laurencereply
novembre 06, 2017 at 05:11
– In reply to: La Lune en Avril

Merci Stéphanie … le vent souffle doucement et c’est mieux pour rester en équilibre !! Bises.

laurencereply
novembre 08, 2017 at 07:11

Emue aux larmes…
A bien vite…
Bises
Laurence

Laurencereply
novembre 13, 2017 at 06:11
– In reply to: laurence

Merci Laurence. Une nouvelle fois … Je t’embrasse

La Bordelaisereply
novembre 16, 2017 at 04:11

L’écriture est aussi salvatrice que la lecture.
La vie doit rester là plus forte.
La seule vraie devise est Carpe Diem.
Bises.

Laurencereply
novembre 22, 2017 at 05:11
– In reply to: La Bordelaise

Merci Fouinette pour ta visite … je t’embrasse !

Leave a reply

*