Green Attitude Lifestyle

J’ai testé la boule magique

On nous rabat régulièrement les oreilles avec les gestes du quotidien qui pourraient aider à sauver la planète. Je n’ai pas encore acheté de voiture électrique, j’ai commencé à remplacer toutes mes ampoules, je trie mes déchets (partiellement) … et dernièrement j’ai investi dans une MAGIC BALL.

« Grâce à la boule de lavage magique, lavez votre linge sans lessive, ni détergent. La protection des couleurs de votre linge est préservée de façon optimale » : j’approuve, jusqu’à nouvel ordre, l’eau n’a jamais rien décoloré !!!

« De plus, la boule de lavage magique contribue à protéger l’environnement contre le gaspillage et la pollution causée par les détergents chimiques » :  c’est logique et personne ne nie que les phosphates provoquent des dégâts.

« Elle vous permettra d’économiser 120 Kilos de lessives par an, puisque chaque boules vous garantit jusqu’à 1000 lavages » normal que ce ne soit pas indéfiniment réutilisable, il faut bien vendre, mais 120 kilos de lessive ça fait combien de paires de chaussures ???.

« Cette boule est composée de 3 types de boules céramiques ayant un effet permettant un nettoyage optimum » : c’est là que ça se complique, je vous livre les explications détaillées plus loin.

« Simple d’utilisation, il vous suffit simplement de mettre la boule avec votre linge dans la machine à laver. Après le lavage, elle peut rester dans votre machine pour un prochain lavage » : Je trouve cette  remarque énorme, il ne me serait jamais venu à l’idée de ne pas la mettre dans la machine, ni de l’étendre ou de la repasser ….

Tout ça me laisse quand même septique. Comment une boule, aussi magique soit elle, peut elle remplacer la lessive. A part l’activité mécanique qui consiste à battre le linge comme le faisaient les lavandières, j’ai du mal à comprendre le principe … et il ne manquerait plus que la boule use davantage le linge !!!

À quoi sert la lessive ? Faisons un peu de physique.
Un détergent est une molécule comportant une extrémité hydrophile (se liant à l’eau) et une extrémité lipophile (se liant aux corps gras) ; la molécule s’attache à la fois au gras de la salissure et à l’eau de lavage, ce qui fait que le matériau des taches grasses est entraîné dans l’eau.

Comment fonctionne la boule. Continuons la physique … une physique douteuse …
Je ne vais pas vous livrer la totalité du feuillet d’accompagnement mais je ne peux pas résister à vous citer les « meilleurs » extraits :
– « Réduction des détergents, réduction de la quantité d’eau utilisée, faible consommation d’électricité et gain de temps ». Là je m’interroge car à moins d’utiliser un cycle de lavage plus court, je ne vois pas comment consommer mois d’eau et d’électricité … me serais-je faite avoir ??? C’est d’autant plus incompréhensible qu’à la fin du guide d’utilisation, je lis : « pour un cycle de lavage normal, il est recommandé de lancer la machine après le temps de trempage ou de choisir un cycle correspondant à du linge très sale » … mais c’est carrément absurde !!!

– ou encore : « Les rayons infrarouges puissants de la Boule Magique coupent les liaisons d’hydrogène de la molécule d’eau en petits clusters et amènent à l’activation de ces petits clusters, ce qui accroit les mouvements moléculaires, la force et la puissance du lavage» … houlala, ça se complique sérieusement, mais on croit les inventeurs sur parole !!!!

– mieux « La boule magique élimine les moisissures, les organismes pathogènes et les odeurs déplaisantes présentes dans la machine à laver et activent l’eau pour augmenter la force de lavage » : serait-ce dire que ma machine est sale ?

– mais aussi « parce que la boule magique ne contient aucun détergent, il n’y a donc pas de résidu de détergent dans les fibres … » LaPalisse n’aurait pas fait mieux.

– et puis « … il n’est pas nécessaire d’ajouter des agents blanchissants, des assouplissants et d’autres actifs de lavage. Il n’y a pas au final de linge entremêlé » …. et là je pense très fort à Coluche et à la publicité diffusée à la télévisions quand j’étais petite et ventant les mérites d’OMO, efficace, même la serviette ultra tachée et nouée bien serrée. Et Coluche de s’amuser de celui qui a 5 kilos de linge à laver, qui fait les noeuds le lundi, la lessive le mardi et a le reste de la semaine pour défaire les noeuds. Parce que les noeuds qui ont été dans l’eau, bonjour !!!! 

Est-ce efficace ?
Je n’ai pas osé tester sur le linge blanc et encore moins sur les vêtements de Rugby de Grand-B. ce n’est donc pas demain que je jette définitivement mon baril de lessive. Sur le ligne de couleur, pas de doute, ça marche. Disons que c’est propre, que même sans adoucissant ce n’est pas rêche mais la question que je me pose : est-ce qu’un simple lavage à l’eau chaude n’aurait pas donné le même résultat ?
Et là, à l’heure où j’écris ce billet, je me dis que j’ai nettement moins de talent que Coluche mais que vingt ans plus tard, ce sketch n’a pas pris une ride alors je cesse là et je vous laisse rire. Clic-clic 

You Might Also Like

No Comments

    Leave a Reply

    *