Critiques littéraires

Le discours (Fabrice Caro) – #RL2018-6

Le discours c’est le récit à la première personne d’Adrien, quarante ans, fraichement largué par sa copine. Lors d’un énième repas familial où le nombre de convives se décline systématiquement en nombre impair puisqu’Adrien ne vient jamais « par deux », son futur beau-frère lui lâche, entre le gratin dauphinois et le sempiternel gâteau au yaourt : « Tu sais, ça ferait très plaisir à ta sœur si tu faisais un petit discours le jour de la cérémonie ». Paniqué par cette mission qui fait écho à son désarroi amoureux, Adrien imagine différentes versions de discours, à mesure qu’il déroule son passé : triste bilan.

Que ce soit vie sociale, professionnelle ou amoureuse la balance penche vraiment vers la déprime : Adrien est un « looser ». Le monologue d’Adrien est tour à tour caustique, touchant, parfois cruel et je vous l’assure, la mélancolie peut-être hilarante !

Les chapitres sont assez courts, le style est direct et léger, il y a un côté scènes de théâtre très plaisant (Fabrice Caro a le sens de la formule c’est le moins que l’on puisse dire) et nul doute que chacun pourra trouver une petite part de lui même dans ce roman.

Bref, un livre sans prétention, qui se dévore et qui m’a fait pleurer de rire  (et non, je n’exagère pas) ! Merci à on amie Danièle pour ce conseil de lecture jubilatoire.

Je vous livre un extrait que j’ai adoré. Adrien a envoyé un SMS à Sonia, son ex et attendant vainement une réponse le voilà qui décortique à postériori ce SMS :

Et je réalise tout à coup l’incongruité de ma ponctuation : pourquoi un point d’exclamation à la fin de bisous ? Pourquoi cet emballement soudain ? Ce point d’exclamation délivre un message inverse à celui souhaité : ce point d’exclamation est une demande, une supplique, un cri de douleur, il mendie une réponse, il quémande de l’amour, c’est de la ponctuation de genou à terre, il hurle Sonia, bordel, qu’est ce que tu fous ! Réponds-moi ! Tu vois pas que je suis malade de chagrin, que je n’y arrive pas sans toi, que tout est vide et fade et sans le moindre sens. Il se veut festif et léger mais il n’est que larmoyant et inquiet.

Comme j’ai découvert Fabrice Caro avec son roman avant de le connaître en temps qu’auteur de BD, j’en ai remis un petite couche avec « Moins qu’hier et plus que demain », une vision caustique du couple. Une page par couple, sauf Géraldine & Fabien, personnages récurrents. J’ai dégusté ces bulles et apprécié cet humour à la fois loufoque, grinçant et souvent politiquement incorrect … et j’aime de plus en plus la BD !

You Might Also Like

10 Comments

  • Reply
    matchingpoints
    31 décembre 2018 at 15 h 56 min

    Merci de nous faire connaître un auteur ; nous sommes plutôt attirées par son livre que par sa BD, nous avons du mal avec ce style de littérature.
    Passez un beau réveillon et à l’année prochaine

    • Reply
      Laurence
      5 janvier 2019 at 16 h 38 min

      J’étais une réfractaire à la BD moi aussi mais j’avoue que j’y prends goût et j’ai lu des pépites ! J’ai un énorme retard pour chroniquer mes lectures de la fin 2018 ! Allez, une résolution pour 2019, le faire au fil de l’eau ! En tous cas, si vous voulez rire, « Le discours » est une pépite !

  • Reply
    chiffonsandco
    3 janvier 2019 at 17 h 50 min

    il faudrait que je m’y mette sérieusement à la BD, sinon, ce livre me tenterait bien !

    • Reply
      Laurence
      5 janvier 2019 at 16 h 44 min

      Ah, je suis une convertie récente. Comme je l’écrivai aux Matching Points à l’instant, j’ai mis du temps mais j’aime de plus en plus. J’ai lu des pépites mais j’ai au moins 10 livres en retard de chroniques … au secours !!

  • Reply
    Koalisa
    4 janvier 2019 at 11 h 38 min

    J’adore l’humour de Fab Caro, il me fait pleurer de rire aussi !

    • Reply
      Laurence
      5 janvier 2019 at 16 h 44 min

      Ah, je suis en retard sur ce coup là !

  • Reply
    Dan6474
    4 janvier 2019 at 22 h 07 min

    Ce livre provoque de vrais éclats de rire et des sourires attendris.. bref, évitez de le lire dans un lieu public… vous allez attirer les regards!

    • Reply
      Laurence
      5 janvier 2019 at 16 h 46 min

      Même dans l’intimité il faut éviter ! Les gens ne comprennent pas toujours que l’on puisse pleurer de rire en lisant … pleurer tout court non plus d’ailleurs 😉 !

  • Reply
    laurence Caillau-Larrieu
    10 janvier 2019 at 12 h 12 min

    Ce livre m’a été promis, je suis impatiente
    Bises

    • Reply
      Laurence
      14 janvier 2019 at 21 h 37 min

      Oui, il faut que je mette la pression à Véro ! Je te prépare une jolie sélection (deux coups de coeurs). Je t’embrasse.

Leave a Reply

*