Critiques littéraires Culture

Avec toutes mes sympathies (Olivia de Lamberterie)

Ce livre est un hommage au frère de l’auteure qui s’est suicidé. En octobre 2015, Alex a décidé de quitter ce monde dans lequel il n’a jamais trouvé sa place et il laisse une sœur inconsolable de cette disparition, écrire est pour elle une façon d’exorciser le manque et la souffrance qu’elle ressent.

Davantage qu’un roman, ce livre est un récit, une réflexion intime sur la famille, des tranches de vie et des interrogations : la mélancolie et le désir de mourir sont-ils héréditaires ?

C’est un hommage bouleversant, la sincérité ne fait aucun doute dans ce qui est à mon avis autant un livre de mémoire que de deuil (et ce sont sans doute les passages faisant référence à la mémoire qui m’ont le plus touchée). L’honnêteté avec laquelle l’auteure nous livre ses souvenirs d’enfance émaillés d’anecdotes littéraires est touchante même si je reste un peu plus sceptique sur le fait que le lecteur se trouve un peu voyeur involontaire de l’intimité de cette famille.

J’ai englouti ce livre, happée par l’urgence du récit, je peux comprendre à quel point il était salvateur, je trouve qu’Olivia (ben voilà, 250 pages dans son intimité et je l’appelle par son prénom) a fait preuve de courage et de dignité pour se livrer ainsi mais je m’interroge : une publication était-elle bien utile ? un tel battage médiatique était-il bien honnête au regard du métier et de la position d’Olivia de Lamberterie (journaliste et critique littéraire pour ELLE, Télématin, Le Masque et la plume) ?

Le livre a des beaux passages, il regorge de références littéraires qui m’ont plu (et pour cause, j’ai les mêmes) mais vraiment, la surabondance de phrases faciles est insupportable « j’ai pleuré des rivières », « mes nuits n’étaient pas plus belles que mes jours » (et j’en passe). Certes, il y a le mérite de la sincérité, je ne regrette pas de l’avoir lu mais j’ai quand même trouvé tout ça bien pauvre … avec toute mon indulgence.

You Might Also Like

8 Comments

  • Reply
    Koalisa
    25 février 2019 at 13 h 22 min

    On te sent vraiment partagée ! Belle semaine…

    • Reply
      Laurence
      3 mars 2019 at 15 h 42 min

      Oui, c’est ça. C’est un livre inégal mais ce qui m’agace c’est qu’on puisse en dire autant de bien … ceci dit, la criqtique littéraire est un exercice extrêmement subjectif alors … Bon WE Koalisa 😉

  • Reply
    Matching Points
    25 février 2019 at 13 h 25 min

    Nous avons bien sûr suivi le battage médiatique de la sortie du livre. Comment y échapper vu que nous connaissons les 3 médias dans lesquels cette journaliste travaille. Spontanément nous avons eu un réflexe de perplexité par rapport à ce récit et aux commentaires dithyrambiques parus dans les 3 médias précités. Mauvais esprit de notre part? Non, seul le style pouvait sauver l’entreprise. Les citations que vous livrez nous conforte dans le renoncement à lire ce témoignage.

    • Reply
      Laurence
      3 mars 2019 at 15 h 44 min

      J’ai bien eu le même réflexe que vous. Si mon amie ne m’avait pas prêté ce livre, je ne l’aurais jamais lu. Je ne regrette pas, j’aime bien me faire mon idée et ce n’est pas non plus un livre totalement nulle mais et au risque de passer pour une snob intello, ça me conforte dans l’idée que les réseaux sociaux sont bien souvent vecteur de médiocrité. Bon dimanche mesdames !

  • Reply
    Dan6474
    26 février 2019 at 15 h 30 min

    Contrairement à toi, j’ai aimé ce livre, certes c’est impudique, mais j’ai ressenti beaucoup de sympathie pour cette famille.

    • Reply
      Laurence
      3 mars 2019 at 15 h 46 min

      Oui je sais ! Je ne regrette pas de l’avoir lu mais ce livre m’a laissé le même sentment qu’en finir avec Eddie Bellegueule, je suis bien trop discrète pour aimer être voyeur de l’intimité des gens …

  • Reply
    yuko
    5 mars 2019 at 16 h 02 min

    J’ai beaucoup aimé ta critique, très argumentée et sur des points que je pourrai très facilement partager (l’idée que le lecteur est involontairement voyeur d’une intimité qui ne nous regarde pas, la publication est-elle toujours utile ? nécessaire ? etc.), tes réflexions sont autant d’obstacles qui m’interrogent sur l’utilité de ce récit. Un récit comme il en existe malheureusement beaucoup d’autres…

    • Reply
      Laurence
      7 mars 2019 at 14 h 38 min

      … tu as raison, c’est très la mode tout ça ! Et puis je ne sais plus à qui je l’ai écrit il y a peu, mais j’en ai marre de ces livres « pauvres », poussés à grand renfort de post sur les réseaux sociaux ! Bises Yuko et en réponse à ton dernier commentaire sur ton blog, merci à toi aussi d’être toujours là. Je t’embrasse.

Leave a Reply

*