Critiques littéraires

Par les routes (Sylvain Prudhomme)

Faut-il partir ou rester pour être heureux ?

Sacha, écrivain, la quarantaine, fuit la capitale avec pour seuls bagages quelques livres et s’installe à V., petite bourgade du Sud-est de la France. Discrètement, il prend possession d’un deux-pièces où il pourra continuer écrire. Ici, il retrouve un cousin éloigné puis l’auto-stoppeur. Ce dernier est de ces amis que l’on n’a pas vu pendant des années mais que l’on retrouve comme si on s’était quitté la veille. Celui dont on ne connaitra jamais que le prénom présente à Sacha, Marie son épouse et Agùstin leur fils. Entre eux le courant passe immédiatement et les heures s’écoulent. Ils se quittent pour mieux se retrouver quelques jours plus tard et Sacha découvre que son ami, entre deux petits boulots n’a jamais cessé de voyager en auto-stop, même à l’heure du co-voiturage, et abandonne régulièrement ses proches pour quelques jours … ou plus.

Sacha est celui qui reste, l’auto-stoppeur est celui qui part mais dans le fond, tous les deux sont en attente, soumis aux mêmes interrogations sur la vie. Tout est histoire de départ et de retour, de séparations et de retrouvailles, de promesses et de trahisons, d’attraction et de répulsion, de désir et de regrets, de choix et de tiraillements … la multitudes des existences possibles.

Géographie du territoire amoureux

Sous le pouce de l’auto-stoppeur, Sylvain Prudhomme parcourt le territoire France et nous livre un inventaire à la Prévert des paysages, autoroutes, routes secondaires ou autres petits villages aux noms parfois surprenants que l’auto-stoppeur se plait à confronter et associer avec humour et le lecteur est du voyage, le nez à la fenêtre, à regarder ces lieux défiler … laissez-vous porter !

C’est un magnifique roman d’amour, d’amitié et de hasards servi par une écriture vivante et tranquille (un peu comme le cheminement des personnages du roman) mais jamais ennuyeuse. Un rythme de phrases courtes et précises, pas d’effet de style pour une progression sans effusions, je suis tombée sous le charme de ce récit délicat et poétique dont la fin est magnifique et convoque au bonheur.

Une belle surprise de cette rentrée littéraire qui m’a fait penser à l’œuvre de Raymond Depardon parti photographier les campagnes françaises et ses habitants; un livre aussi stupéfiant que doux, et oui, c’est possible !

Sur les routes
Sylvain Prudhomme
Editions L’arbalète Gallimard
304 pages

You Might Also Like

8 Comments

  • Reply
    laurence Caillau-Larrieu
    9 novembre 2019 at 10 h 20 min

    Lors de la RL, il faisait partie de notre sélection …
    Je vais vite t’emprunter ce petit bijou si possible…
    Bises

    • Reply
      Laurence
      17 novembre 2019 at 17 h 11 min

      Comme je suis plus rapide à te voir qu’à te répondre, il me tarde que tu me donnes ton avis ! Bises

  • Reply
    Koalisa
    9 novembre 2019 at 14 h 37 min

    C’est un sujet original , ça m’intrigue ! Bon week-end !

    • Reply
      Laurence
      17 novembre 2019 at 17 h 12 min

      C’est un de mes coups de coeur de la rentrée … une histoire qui ne ressemble à aucune autre ! Bon dimanche 😉 !

  • Reply
    matchingpoints
    10 novembre 2019 at 12 h 04 min

    Un livre douceur, parfait pour cette saison !
    Passez un bon dimanche

    • Reply
      Laurence
      17 novembre 2019 at 17 h 12 min

      Oui, un livre pour voyager sans quitter le coin du feu mais avant tout une belle histoire d’amour.

  • Reply
    Une Porte Sur Deux Continents
    16 novembre 2019 at 17 h 30 min

    L’histoire m’interpelle beaucoup ! Beau week-end ma chère 🙂

    • Reply
      Laurence
      17 novembre 2019 at 17 h 14 min

      C’est un livre original qui ne ressemble à aycun autre, j’ai adoré !! Bises et bon dimanche.

Leave a Reply

*