Critiques littéraires

Miroir de nos peines (Pierre Lemaître)

La débâcle de 1940 en mode tragi-burlesque

Troisième volet de la saga du XXème siècle par Pierre Lemaître et je ne parle pas de trilogie tellement je souhaite que cela n’en soit pas une !!

Après les gueules cassées de la première guerre mondiale, la crise financière de 1929 sur fond de vengeance, Pierre Lemaître nous embarque sur les routes de l’exode au printemps 1940 pour une fresque romanesque, aussi passionnante que flamboyante, très littérature du XIXème !

Miroir de nos peines est construits sur une alternance de narrateurs : Louise est une institutrice étrange, orpheline de père, elle a grandit auprès d’une mère neurasthénique et on sent bien qu’elle s’est construite sur un secret qui va exploser dès les premiers chapitres. Raoul et Gabriel sont deux soldats bien en peine en ce début de conflit aux tactiques approximatives. Fernand est garde-mobile, il y a Alice, Jules … et il y a aussi Désiré, le fabuleux affabulateur, l’homme caméléon, Désiré qui concentre à lui tout seul tout le côté fantasque du roman. C’est la débâcle et cette floppée de personnages va se retrouver sur les routes de France au milieu de millions de français …

Un peu plus de 500 pages qui se dévorent tant c’est jubilatoire. « Miroir de nos peines », c’est moins caustique et truculent que « Couleurs de l’incendie », moins noir que « Au revoir là-haut » mais tout aussi poignant grâce au talent de conteur et à la verve de l’auteur. Je ne parlerai pas du style ciselé et fluide auquel il nous a habitués, classique et classieux, jamais ennuyeux, du grand art !! Les personnages tous plus vrais que nature sont attachants et suscitent tour à tour empathie, compassion ou détestation. L’auteur jongle entre comédie et tragédie avec la maîtrise qu’on lui connaît et c’est un bonheur de lecture … M. Lemaître, SVP, poursuivez votre étude du siècle !

Miroir de nos peines
Pierre Lemaître
Editions Albin Michel
544 pages

Extrait : « La voiture cahotait lentement dans le flot des fuyards qui était à l’image de ce pays déchiré, abandonné. C’était partout des vigages et des visages. un immense cortège funèbre, pensa Louise, devenu l’accablant miroir de nos peines et de nos défaites »

Sur le même thème et si vous ne l’avez pas lu courrez chercher chez votre libraire le petit bijou qu’est « Les faux-Fuyants » écrit par Françoise Sagan.

You Might Also Like

8 Comments

  • Reply
    matchingpoints
    23 janvier 2020 at 14 h 21 min

    Nous adorons les pavés – on reste plongé de longues heures dans le monde des livres !

    • Reply
      Laurence
      27 janvier 2020 at 11 h 31 min

      Oui ! Mon dernier pavé (un vrais gros 😉 ) c’était « Le sport des rois », quel bonheur ! La trilogie de Pierre Lemaître doit être fantastique à lire dans la foulée ! Bonne semaine 🙂

  • Reply
    Une Porte Sur Deux Continents
    23 janvier 2020 at 21 h 14 min

    De quoi s’immerger vraiment dans une histoire, j’adore aussi les longues lectures. Bises

    • Reply
      Laurence
      27 janvier 2020 at 11 h 32 min

      Ne manquent que les vacances pour pouvoir s’immerger longtemps ! Bises et belle semaine 🙂 !

  • Reply
    Koalisa
    26 janvier 2020 at 11 h 16 min

    Moi aussi, je suis fan de pavés livresques ! Bises

    • Reply
      Laurence
      27 janvier 2020 at 11 h 33 min

      C’est bon de temps en temps un sacré pavé ! Il faudrait juste davantage de temps ou des vacances plus cool que les miennes 😉 !

  • Reply
    sophie bazar
    29 janvier 2020 at 15 h 45 min

    j’en suis restée à Au Revoir Là-haut pour le moment, la bonne nouvelle c’est que je peux donc enchaîner les suites qui ont l’air excellentes 🙂
    Bises

    • Reply
      Laurence
      14 février 2020 at 9 h 09 min

      le deuxième est à mon avis le meilleur et tu as bien de la chance de ne pas l’avoir encore lu … un excellent moment t’attend !

Leave a Reply

*