Critiques littéraires Photographie

L’âme du photographe (David Duchemin)

Photographe mais pas que …

… photographe ET raconteur d’histoire, voila qui est David duChemin.

Si vous cherchez un livre sur le « comment faire » avec des informations pratiques et techniques, passez votre chemin (je vous évite le jeu de mot à deux balles). Certes, le savoir-faire n’est pas négligé mais c’est surtout le savoir-être qui est traité dans cet ouvrage, le « pourquoi » de la photo et l’histoire qu’elle est sensée raconter.

Un livre aux multiples rendez-vous

Ce livre, j’ai mis du temps à le lire et pour être exacte j’ai surtout pris le temps de le lire, un peu comme si chaque jour je m’offrais régulièrement un rendez-vous avec le photographe qui me parlait bien davantage d’histoires que de la photo elle-même.

A chaque page, on sent la passion qui anime David duChemin. Dans les premiers chapitres, l’auteur partage avec le lecteur les grands principes de la photographie : la vision, le cadre, la vitesse, l’ exposition … et propose quelques exercices créatifs (ce que vous retrouverez d’ailleurs à la fin de chaque chapitre) mais comme il l’écrit lui-même « Le matériel c’est bien : la vision c’est mieux » et c’est « lorsque l’artiste et le technicien sont tous deux en éveil que notre vision a le plus de chance d’être réalisée ».

A partir du chapitre 5, David duChemin s’attache au portrait et raconte ses « rencontres photographiques ». Mené par sa soif du divin, d’absolution il a photographié des rituels en Inde, des bouddhistes, des Népalais, des Kenyans ne se contentant jamais d’un simple portait mais tentant de capter l’âme de ses sujets au travers de son objectif. Le tout en nous transmettant quelques informations techniques mais sans une âme de photographe et sans passion, peu de chance d’arriver à capter la magie de ces instants.

L’esprit d’un lieu

Enfin, les derniers chapitres sont consacrés à la photographie des lieux et des cultures avec pour objectif de saisir l’esprit d’un lieu ! Rechercher, reconnaître, étudier l’orientation, expérimenter, patienter, recommencer … et peut-être parvenir à saisir l’atmosphère d’un lieu.

Là aussi, l’auteur distille quelques règles et astuces comme intégrer l’humain, rechercher les lignes de fuites, restituer l’échelle, le premier plan, les contre-jours … autant de réflexes qui ne s’achètent pas à coup de « geekerie », qui se travaillent et qui donnent envie de lire et de relire ce livre à coup de brefs rendez-vous, chapitre par chapitre ou au hasard des pages !
A chacun de nourrir sa vision, de trouver sa propre inspiration et de nourrir sa créativité et d’exprimer son émotion mais David Duchemin nous accompagne dans cette démarche avec une infinie sagesse, une grande générosité et ce magnifique regorge de photos inspirantes !

Ah, j’allais oublier et ce serait vraiment dommage, c’est particulièrement bien écrit (et traduit) !!

Bref, j’ai eu un plaisir immense à lire cet ouvrage et je remercie Babelio et les éditions Eyrolles pour cet envoi.

PS1 : en ce jour 23 du confinement, je précise que ce livre est parfait pour une évasion virtuelle. Lisez, fermez les yeux et imaginez.
PS2 : Je m’interroge sur l’orthographe du nom de famille, pourquoi un « d » minuscule et un « C » majuscule ? … réponses en commentaires bienvenues !

You Might Also Like

6 Comments

  • Reply
    matchingpoints
    14 avril 2020 at 9 h 42 min

    Nous ne sommes pas douées pour la photo, mais nous sommes très sensibles à cet art et l’apprécions énormément. En plus il semble faire voyager le lecteur. Ce livre pourrait donc nous plaire.
    #Restezchezvous

    • Reply
      Laurence
      21 avril 2020 at 15 h 45 min

      C’est un super livre ! Le compte IG est également très beau, et en plus ça me fait travailler mon anglais 😉 !

  • Reply
    Koalisa
    14 avril 2020 at 15 h 59 min

    Je l’ai commandé ! J’ai hâte de recevoir ce livre… Bisous, j’espère que tu vas bien.

    • Reply
      Laurence
      21 avril 2020 at 15 h 45 min

      Ah génial, j’espère que tu vas l’aimer autant que moi !! Bisous

  • Reply
    Pascale 26
    2 mai 2020 at 17 h 41 min

    Oui, le descriptif fait vraiment envie…
    Pour le nom de l’auteur, on peut le classer dans les « noms propres à particule » : la particule « de » s’écrit sans majuscule, je vous laisse vérifier chez wikipédia, par exemple) 😉

    • Reply
      Laurence
      8 mai 2020 at 16 h 31 min

      Merci Pascale pour ces explications, c’est le fait que la particule soit collée au nom qui m’a induite en erreur …

Leave a Reply

*