Critiques littéraires

Trois contes (Flaubert)


Parce qu’on peu aimer lire ELLE, des policiers … et des classiques, j’ai acheté dernièrement « Trois contes » de Gustave Flaubert.

En collection Pocket … 1,5€ le livre, ce n’est pas cher pour quelques heures de bonheur !

 Ce recueil de Flaubert est composé de trois récits courts: un cœur simple,la Légende de saint Julien l’Hospitalier et Hérodias.   

 « Un cœur simple : Au service de Mme Aubain, Félicité menait une vie paisible. La voilà qui s’éprend un jour d’un… perroquet ! Alors, dans cette existence en demi-teintes, l’amour devient divin : la vieille servante finit par voir en son perroquet le Saint-Esprit lui-même ! Avec La légende de saint Julien l’Hospitalier surgit un univers légendaire aux couleurs presque irréelles, forêts enchantées et chevauchées fantastiques. Destin tragique d’un farouche guerrier voué à la sainteté ! Hérodias : Sainteté aussi de cette Palestine rouge et or, sensuelle et féroce, où la danse lascive de Salomé se fait sanglante et meurtrière ! Dernières œuvres achevées de Flaubert, ces trois contes scintillent d’une pureté et d’un éclat jamais égalés.

Ces trois contes, ultime chef-d’œuvre de Flaubert, sont très différents les uns des autres puisque le premier se découle au XIXème siècle, le second au moyen âge et le dernier fait références aux textes bibliques

« Un coeur simple » m’a fait penser aux nouvelles de Maupassant (désolée si je choque les puristes que sont ma sœur et George). Je me suis laissée porter par ce récit mélancolique, le destin pathétique de cette servante au service de la petite bourgeoisie normande au XIXème siècle et au vu de la tristesse de la vie de Félicité c’est tout de même l’anti-conte merveilleux !!

J’ai eu davantage de mal avec le dernier, mes connaissances en histoire de la religion étant quasi nulles, j’ai eu du mal à m’y retrouver dans ce milieu des hauts dignitaires de l’Empire Romain et ce n’est vraiment pas une période de l’histoire qui me fascine, beaucoup trop de violence et de sauvagerie pour moi !!! 

Malgré le côté tragique (et la violence aussi) j’ai adoré le second. Avec cette histroire de seigneur du moyen-âge, je me suis retrouvée enfant, dans un monde « merveilleux » et imaginaire … un conte pour adulte que je n’avais cesse de finir !

Le bilan est très positif. Je ne vous ferai pas un laïus sur le style littéraire … je constate simplement que c’est si agréable de se laisser porter par les mots (bon, j’avoue avoir eu besoin deux ou trois fois du dictionnaire).

Pour conclure, moi qui ne suis pas fan des nouvelles (à peine a-t-on le temps de se plonger dans l’histoire que c’est terminé) je trouve finalement que c’est parfait quand on lit par intermittence comme moi.

Je vous souhaite un bon WE … le mien ne commencera que dimanche !

You Might Also Like

12 Comments

  • Reply
    George
    11 novembre 2011 at 19 h 17 min

    c’est un peu normal que Flaubert te fasse penser à Maupassant, ce dernier ayant été très influencé par son maître et ami, Flaubert ! je suis très heureuse que ces nouvelles t’aient plus ! tu peux continuer en lisant « l’éducation sentimentale », un très beau roman, mais peut-être l’as-tu déjà lu !

    • Reply
      Lolotte
      14 novembre 2011 at 16 h 39 min

      Je l’ai déjà lu mais il y a tant d’années …
      J’ai du mal à relire les livres, ayant déjà l’impression qu’une vie ne suffira pas à lire tout ce que je voudrais.

  • Reply
    arwen
    11 novembre 2011 at 19 h 39 min

    j’essayais de me souvenir quand j’avais lu des nouvelles : impossible de me rappeler !

    • Reply
      Lolotte
      14 novembre 2011 at 16 h 40 min

      Un livre de nouvelles que j’adore c’est « je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part » d’Anna Galvada. C’est réjouissant !

  • Reply
    L'épice
    11 novembre 2011 at 20 h 01 min

    Tu me donnes envie de relire Flaubert…
    Sinon, l’aborde le format « nouvelles » différemment d’un roman. Je sais d’avance que ça sera court, et donc je ne suis pas déçue.

    • Reply
      Lolotte
      14 novembre 2011 at 16 h 41 min

      Depuis que je bosse au restau et que je sais que c’est plus adapté, je le vis comme toi et c’est beaucoup mieux. C’est la sagesse qui me gagne !

  • Reply
    matchingpoints
    11 novembre 2011 at 20 h 15 min

    Les nouvelles et short stories sont un peu frustrantes, trop courts ! Mais vous nous tentez de reessayer .

    • Reply
      Lolotte
      14 novembre 2011 at 16 h 42 min

      C’est bien le problème. Mes préférées sont celles d’Anna Galvada « Je voudrais que qq, m’attende quelque part » et celles de Maupassant … même si je trouve toujours cela trop court !

  • Reply
    Ta soeur
    11 novembre 2011 at 20 h 43 min

    Ah ! Quel bonheur que tu aies suivi mes (nos ?) conseils en prenant plaisir ! Flaubert, Maupassant, c’est que du bonheur de toute façon ! Je me régale avec les élèves en ce moment avec « La Main » de Maupassant, eux aussi, et c’est pas démago …
    Maupassant, Flaubert, même combat donc, Flaubert était un ami intime de la mère de Maupassant et c’est lui qui l’a accompagné dans ses premières sorties littéraires … très proches donc à de nombreux égards!
    Il faut que tu lises Bouvard et Pécuchet maintenant que tu es partie !

    • Reply
      Lolotte
      14 novembre 2011 at 16 h 44 min

      J’ai suivi TES conseils mais vos commentaires me prévenaient que Hérodias ne serait pas simple … bien vu !!!
      Je note Bouvard et Pécuchet (vu sur France 2, quel bonheur !!!) mais j’ai une PAL qui grossit à vu d’oeil !!

  • Reply
    Marigaz
    17 novembre 2011 at 10 h 32 min

    Je l’avais étudié au Lycée (donc il y a … ahem très longtemps !) mais j’ai gardé un excellent souvenir d' »Un coeur simple », parce que je le trouvais si décalé ! D’ailleurs, j’ai gardé le livre 😉

    • Reply
      Lolotte
      19 novembre 2011 at 18 h 12 min

      « décalé » : c’est bien le mot, on plonge vraiment dans une autre époque.

Leave a Reply

*