Uncategorized

Ma journée chez le suédois

Divers-2972.JPG 

 Qui dit déménagement (ou emménagement) dit réorganisation. Et réorganisation passe souvent par la case du géant suédois jaune et bleu pour solutions au rangement !

 Il y a peu, j’ai donc planifié une expédition dans le temple de la consommation « meublesque » pas chère. J’ai bien tenté de convaincre M-Chéri puis Melle de venir m’accompagner mais en pure perte, j’ai donc pris, seule,  la direction de Toulouse (1h45 tout de même pour le IKEA le plus proche).

J’avais épluché le catalogue dans tous les sens, pris des notes sur les articles qui semblaient intéressants, mesuré les espaces à remplir (oui, j’ai même été jusqu’à noter l’écartement entre les trous laissés par le précédent locataire) et je suis donc partie avec mes sacs bleus aux anses jaunes (géants eux aussi), ma liste, mon mètre et mon crayon … et la carte bleue !

Arrivée sur place, pas d’aussi bonne heure que je l’aurais souhaité, il n’a pas été facile de trouver une place de parking mais j’y suis arrivé, garant la voiture coffre en avant, près de l’ascenseur … une aubaine !

Une fois dans le magasin (et du parking à l’ascenseur, à la bonne entrée, ce ne fut pas simple), en bon petit soldat, j’ai suivi les flèches pour étudier tous les décors et pièces présentés … 1h30 plus tard, j’arrivai enfin au rayon bazar, un peu étourdie mais encore motivée, ma liste de note gribouillée dans tous les sens (devenue limite lisible) et la localisation au dépôt des pièces repérées, annotée en face de chaque référence.

Très vite, mon sac jaune a dégueulé de gadgets, étagères, housses de couettes et autres oreillers (même sous vide, ça fait vite du volume). J’avais pourtant été raisonnable, évitant les gadgets inutiles et les ustensiles pas chers, si jolis que je possède déjà par dizaines.

Arrivée au rayon stockage, je me suis donc jetée sur un chariot. J’ai commencé à empiler, étagères, tables, matelas mais il a vite fallu me rendre à l’évidence, un chariot ça n’allait pas le faire … et j’étais seule ! J’ai donc tout vidé, pris un chariot d’un autre modèle et ton ré-empilé proprement … enfin presque puisque j’ai perdu la moitié de ma cargaison à plusieurs reprises avant d’arriver à la caisse. Pas de photo, je m’étais suffisamment ridiculisée comme ça !!

La dite caisse atteinte, épuisée, suante et puante, je me suis faite agresser par l’hôtesse (de caisse) qui m’a reproché  de ne pas avoir rangé mes objets de telle sorte que le code barre soit lisible … ben voyons !!!

Je n’étais pas au bout de mes peines  puisqu’il m’a fallu regagner la voiture, prendre l’ascenseur, en veillant régulièrement à ne rien semer de mes achats. J’ai béni M-Chéri d’avoir acheté une voiture beaucoup trop grande pour nous deux en temps normal car je n’ai pas été obligée de jouer au lapin crétin en brisant mon butin pour le loger un peu partout.

6 heures plus tard, j’étais de retour à la maison, prête à affronter les 3 étages à pied et comme je suis une guerrière, j’ai même monté les meubles dans la foulée … peur de rien !

You Might Also Like

No Comments

    Leave a Reply

    *