Ciné

L’exercice de l’état

Synopsis : Le ministre des Transports Bertrand Saint-Jean est réveillé en pleine nuit par son directeur de cabinet. Un car a basculé dans un ravin. Il y va, il n’a pas le choix. Ainsi commence l’odyssée d’un homme d’Etat dans un monde toujours plus complexe et hostile. Vitesse, lutte de pouvoirs, chaos, crise économique … Tout s’enchaîne et se percute. Une urgence chasse l’autre.

A quels sacrifices les hommes sont-ils prêts ? Jusqu’où tiendront-ils ?… L’État dévore ceux qui le servent.

Ma sortie ciné de la semaine ne m’aura pas déçue.

Les deux premières scènes du film font mouche : La première, dans les bureaux d’un luxueux hôtel particulier, une femme nue se glisse dans la gueule d’un crocodile. Plan coupé. Nous nous retrouvons dans le lit d’un homme, le sexe en érection. Il est réveillé par un appel et se rend en urgence dans les Ardennes sur le lieu d’accident d’un bus transportant des adolescents, une véritable scène de guerre. Le film a commencé depuis quelques minutes et je suis déjà scotchée à mon siège, abasourdie.

Nous suivons pendant presque deux heures, Bertrand Saint-Jean ministre des transports (Olivier Gourmet), escorté de sa chargée de communication (Zabou Breitman) et son directeur de cabinet (Michel Blanc). Les événements s’enchainent parsemés d’embûches et de sorties de route. Les ordres succèdent aux contre-ordres, la communication va vite, très vite, les luttes de pouvoir assassines sont légion … et tout ça sonne juste !

Les acteurs sont formidables. Oliver Gourmet, peu connu du grand public (sauf des amateurs des films des frères Dardenne) est magistral. Michel Blanc est méconnaissable en directeur de cabinet et les seconds rôles, de l’équipe du ministre (chauffeur compris) aux membres du gouvernement, sont parfaits.

Le ministre est confronté à un dilemme : le gouvernement projette un plan de privatisation des gares, il y est farouchement opposé mais peu à peu, il est amené à retourner sa veste malgré ses convictions intimes. Comment ne pas perdre la face ? On assiste, médusé à ce combat manichéen, aux luttes de pouvoir inter ministères. Outre l’absence de vie de famille, le pire combat est sans doute celui de la solitude. Comment peut-on être seul face à ses propres idées, ses doutes ou face à la colère de ceux qui subissent le système.

C’est complexe mais passionnant. Intelligent et provocant. Comment ne pas être fasciné par cette immersion certes fictive mais empreinte de tant de réalisme. Durant tout le film, je me suis demandée si c’était comme ça « en vrai », l’impression d’accéder aux coulisses du pouvoir fait froid dans le dos. Le film est en tension constante, les discussions sont de haut vol, la mise en scène est percutante, je suis sortie de là sonnée et tellement heureuse que le cinéma français ait réussi un tel pari !

J’ai vu ce film dimanche et l’envie de le revoir – oui déjà – me titille !!!

Ceci dit, j’aurais mieux fait puisque lundi, j’ai vu «  Mon pire cauchemar ». Je n’ai même pas envie de vous en parler tiens. Je vous dirai juste que c’est l’archétype du film qui prouve que des bons acteurs ne suffisent pas à la réussite et puis surtout, je déteste que la bande annonce montre les meilleurs moments du film … et que le meilleur se résume à 60 secondes, soit la durée dela BA. C’est mou, sans unité, plat, caricatural … j’arrête là !!!

You Might Also Like

14 Comments

  • Reply
    arwen
    16 novembre 2011 at 9 h 54 min

    je ne sais même pas ce que c’est « mon pire cauchemar » !

    • Reply
      Lolotte
      16 novembre 2011 at 18 h 20 min

      Ca m’a tellement déçue que je n’ai même pas écrit le synopsis. C’est le dernier film d’Anne Fontaine avec Isabelle Hupert et Benoît Poolvorde. Elle, riche bourgeoise cultivé, lui, paumé et désoeuvré … ils se rencontrent … voilà, tu sais tout !!!

  • Reply
    Ta soeur
    16 novembre 2011 at 9 h 57 min

    Vite ! mon congé maternité que j’aille au ciné !! Tu m’as vraiment donné envie là !

    • Reply
      Lolotte
      16 novembre 2011 at 18 h 22 min

      J’ai triché, je te l’ai vanté de vive voix … Bisous

  • Reply
    Le Journal de Chrys
    16 novembre 2011 at 16 h 50 min

    Un film que je voudrais voir mais la liste est longue et le temps me manque.
    Il faudrait que je bosse à mi-temps!!!!

    • Reply
      Lolotte
      16 novembre 2011 at 18 h 25 min

      Tu sais, je ne suis pas allée au ciné pendant des années … faute de temps !!! Le lundi c’est repos pour moi et je me suis « imposée » cette pause à 18H. Sinon, je surfe sur le net ou je fais du ménage à 2 à l’heure … bref, rien de bien productif alors au moins, je me fais plaisir.

  • Reply
    Marigaz
    17 novembre 2011 at 10 h 25 min

    Ta vision de « Mon pire cauchemar » pourrait être la mienne de « Contagion » … et pourtant, je suis une bonne spectatrice ^^

    • Reply
      Lolotte
      19 novembre 2011 at 18 h 10 min

      J’ai hésité entre les deux … je me suis davantage méfiée de Contagion, le genre de film où quand tu as vu la BA, tu as vu le film …

  • Reply
    isabelle
    18 novembre 2011 at 17 h 54 min

    On avait hésité entre ce film et l’autre avec Clooney. On a pris Clooney et pas regretter se disant qu’on reviendrait voir Michel Blanc et oublié. Heureusement, tu me le rappelles.

    • Reply
      Lolotte
      19 novembre 2011 at 18 h 13 min

      Il faut que j’aille voir « Les marches du pouvoir », mais ça va être dur de passer après celui là, il me hante encore !!

  • Reply
    La Lune en Avril
    20 novembre 2011 at 20 h 22 min

    Mon pire cauchemard ne me tente pas du tout… celui-ci à voir?… merci en tout cas !

    • Reply
      Lolotte
      21 novembre 2011 at 15 h 38 min

      Si tu aimes les thrillers politiques, n’hésite pas ! je crois que c’est un des premiers que je vois version française, c’est une réussite !

  • Reply
    ta d loi du cine
    3 décembre 2011 at 14 h 24 min

    Un film de fiction qui sonne juste, empreint de réalisme… Je suis pleinement en accord avec votre billet. Et, oui, je pense aussi qu’il faut le voir (au moins) une deuxième fois, en prêtant attention au moindre petit mot, à la moindre petite attitude corporelle… qui prendra tout son sens un peu plus loin!
    (s) ta d loi du cine, « squatter » chez Dasola

    • Reply
      Lolotte
      3 décembre 2011 at 18 h 30 min

      Je suis allée lire votre critique … de quoi me convaince qu’il FAUT le voir une seconde fois !

Leave a Reply

*