J’ai décidé d’être heureuse

201705I1

Cela fait quelques semaines (voire mois) que je suis absente de ce petit monde de la blogosphère que j’aime tant … mais qui est aussi terriblement chronophage.

Fin 2016, ma vie a été bouleversée en quelques jours. On a beau être vigilant avec soi même, recevoir régulièrement des leçons de vie, je crois que tant que l’on est pas directement concerné, on ne mesure jamais à quel point le destin peut basculer en un instant.

Six mois plus tard, c’est avec optimisme que j’écris ce billet, que j’ai une furieuse envie d’écrire et de vivre. On dit que l’optimisme est une forme puissante d’autodéfense psychologique, je ne sais pas si l’optimisme est inné ou se travaille mais ce que je sais par contre c’est que le retour en arrière n’est jamais possible alors chez moi, le désespoir a été balayé par une boulimie de vie et enfin aujourd’hui, je sens qu’après une alternatives de sentiments et de comportements contraires (et excessifs j’en demande pardon à mes proches qui me lisent), je retrouve un certain équilibre.

Attention, il ne s’agit pas de chercher l’équilibre parfait, je sais que c’est un leurre, un mirage que l’on peut s’épuiser à poursuivre à coup de « et si .. ». Non ce dont je vous parle c’est d’un état d’esprit, une savante alchimie de sagesse, d’apaisement et de sérénité que j’arrive parfois à ressentir au plus profond de moi. Cela survient souvent après des moments terribles d’angoisse, une puissance tentaculaire qui m’enfonce et me noie mais qui rend ensuite plus forte cette sensation de calme intérieur qui s’apparente au bonheur, un peu comme le retour du soleil entre deux nuages après la tempête (instant cliché).

Du coup, j’avais envie de vous livrer un billet du style « leçon de bonheur en 10 points clés »

#Ruminer et essayer de réécrire l’histoire ne sert à rien, si ce n’est à perdre du temps et à se faire du mal alors je renonce aux sentiments de colère et de haine

#Sourire à la vie et aux autres, même si on est triste car de toutes façon, le malheur fait peur aux autres

#Revenir à l’essentiel, tant de façon matérielle (Je ne suis pas une adepte absolue de Marie Kondo mais il faut bien reconnaître que se débarrasser du superflu fait un bien fou) que relationnelle. Rien n’est aussi bon que de retrouver ses amis et de prendre le temps de profiter d’eux.

#Avoir confiance en soi. Je me suis beaucoup « analysée » ces derniers temps, mes défauts me sont revenus en pleine figure mais je suis découvert autant de qualités (instant modeste) et même si parfois je me fais peur (et que parfois … j’ai peur), je n’ai pas honte de le dire, je m’aime.

#La seule chose qui compte à mes yeux aujourd’hui c’est le présent. Je suis bien consciente d’être parfois une tornade pour mes proches mais je veux vivre pleinement le quotidien, ne plus perdre de temps … vivre quoi !!

#Dans cet état d’esprit, avez vous constaté à quel point être multitâche est contreproductif ? Alors que je me vantais d’être une femme et d’être capable – moi – de faire plusieurs choses en même temps, la fatigue aidant, je me rends compte à quel point cela est contre-productif … je tombe parfois dans l’excès inverse en ne répondant plus au téléphone ou en rêvassant pendant des heures, ce moment de pleine conscience me semblant primordial (pardon à tous les expéditeurs de SMS, appels, mails et autres petits messages restés dans le vide)

#Même si je vis l’instant présent, j’ai des projets et des rêves. Pour les projets, je les veux réalistes, j’en ai peu, j’y travaille et je vais les tenir. Pour les rêves … je joue au loto !

#Bouger, respirer à plein poumon, jardiner, profiter de la nature … autant d’évidences mais je vous assure que c’est vrai, c’est là que je puise ma force.

Cela ne fait que 8 points mais je suis sûre que vous avez toutes (tous ?) votre petite idée pour dérouler cette liste …

Allez, je vous souhaite un beau week-end !!!

La maison au bord de la nuit (Catherine Banner)

201604 Lecture 2

Si comme moi vous aimez les sagas familiales, ce livre est fait pour vous.

Amadéo Esposito est un jeune orphelin qui a été recueilli par un médecin qui lui a permis de faire des études et de devenir médecin à son tour. A l’aube du premier conflit mondial, c’est à Castellamare, une petite île perdue au large de Syracuse qu’il trouvera son premier poste et passera sa vie.

Cette Saga balaye le grand siècle comme dirait Ken Follett. Il va s’en passer des événements heureux et malheureux sur cette île reculée (tout juste un cailloux) et l’auteure pose ici une magnifique histoire d’amour mais aussi (et surtout) une chronique des années d’entre deux guerres, l’Italie fasciste, l’ouverture de la petite île au tourisme, les progrès technologiques du siècle … bref, un roman foisonnant qui se lit d’une traite.

Il y a un peu de l’île aux oubliés de Victoria Hislop dans cette histoire et cette île aussi belle qu’hostile est un personnage à part entière. Sur fond de croyances et de processions à la gloire de Santa Agata, les habitants sont autant de personnages attachants qui se retrouvent au café de « La maison au bord de la nuit ».

C’est bien écrit, fluide, bien rythmé et c’est avec un beaucoup de plaisir que je me suis laissé portée par l’histoire de la famille Esposito sur 3 générations.

Un grand merci à Babelio et aux éditions Presses de la Cité, grâce pour ce voyage italien enchanteur.

La chambre d’ami (James Lasdun)

201703 Lecture

Je ne lis que très rarement la quatrième de couvertures mais là, l’accroche n’est rien de moins que « Un huis clos délicieusement pervers entre Françoise Sagan et Patricia Highsmith … ça donne envie, non ?

Un été qui s’étire dans une villa de rêve, un couple fortuné et que l’on imagine beau, un cousin un peu paumé … voilà les trois personnages du huis clos.

Charlie est un banquier New Yorkais qui a fait fortune et le montre, Chloe son épouse est forcément oisive et ravissante et enfin, Matthew son cousin fauché qui a sous-loué son appartement de New-York et compte se taper l’incruste tout l’été. C’est caricatural mais hélas, c’est ce qui attend le lecteur dans le premier tiers du livre.

Une vague histoire d’adultère vient réveiller un peu le lecteur mais c’est finalement à la psychologie des personnages que l’auteur vient s’intéresser et j’y ai cru un peu plus, la tension monte petit à petit mais la fin reste attendue et finalement, je n’ai éprouvé de l’empathie pour aucun de ces personnages beaucoup trop lisses et superficiels.

Ce n’est pas que ce soit mal écrit, ça se lit même plutôt bien mais le style est sans surprise, banal même. Alors oui, je l’ai lu d’un trait ou presque ce qui en soit en fait un bon livre mais non, n’est pas Sagan qui veut !!

Merci à Babelio et aux Editions Sonatine pour ce roman qui reste un bon moment de lecture détente.

Je suis Pilgrim (Terry Hayes)

201702 Lecture

Fin 2016, j’ai eu envie de me vider la tête et pour ça, un polar ça tombe toujours bien. Comme je ne voulais pas non plus tomber dans la facilité, mon libraire m’a conseillé « Je suis Pilgrim » de Terry Hayes et pour le coup, je n’ai pas été déçue.

Je suis Pilgrim c’est un pavé de 900 pages, des personnages en pagaille, un puzzle qui se construit au fil des pages, des montées d’adrénaline, des passages complexes … et, faute de plages de lecture suffisamment longues, il m’a fallu quelques semaines pour le terminer.

Cela commence à New-York, peu après les attentats du 11 septembre. Une jeune femme est découverte assassinée, son corps brûlé à l’acide empêchant toute identification. D’autres meurtres seront commis et Pilgrim (le pèlerin) partira à la recherche d’un terroriste rebaptisé Le sarrazin (le nomade). Voilà pour le fil rouge du livre mais c’est bien loin de se résumer à cela. Comme d’habitude, je n’aime pas en dire trop, chaque chapitre réservant son lot de surprises mais c’est une histoire tout à fait crédible et ça fait froid dans le dos !

Ce roman balaye 30 ans de notre histoire récente. De la menace que les islamistes radicaux font peser sur l’occident en remontant jusqu’à l’invasion russe en Afghanistan et en passant par la guerre en, Irak et même la bande de Gaza, je vous ai prévenu, c’est riche … et complexe. Pour les amateurs du genre, il y a un mélange de Homeland et de 24 heures … passionnant !!

Le livre apporte en outre un éclairage intéressant sur comment un jeune garçon, dont le père a été exécuté sous ses yeux, trouve l’apaisement dans une foi radicale et radicalement anti-occidentale, sur le traumatisme laissé par l’effondrement des Twin Towers, sur la place des femmes dans la religion musulmane … je vous ai prévenu, c’est dense et même si je pourrais déplorer une vision géopolitique un peu trop américaine, il serait dommage de résumer ce livre à un vulgaire roman d’espionnage.

L’autre qu’on adorait (Catherine Cusset) RL2016#6

201701 Lecture 2

Il y a des livres beaux et tristes que l’on lit dans des moments douloureux et tristes. C’est sans doute pourquoi il m’aura fallu autant de temps pour le chroniquer, sans doute celui de le digérer et même d’avoir envie de relire certains passages.

« L’autre qu’on adorait », c’est le dernier roman de Catherine Cusset, auteure que j’apprécie particulièrement. Ce livre n’est pas que roman puisque c’est un hommage à son meilleur ami, Thomas, brillant, drôle, cultivé, jouisseur mais suicidé à 39 ans. Dès le début on sait la fin de vie de Thomas mais au fil des pages, on cherche la fêlure qui a conduit cet étudiant brillant, professeur d’université aux états unis à mettre fin à la spirale de l’échec dans laquelle il s’était embourbé.

Le début de l’amitié entre Catherine et Thomas a été érotique puis leur relation a été un lien plus ou moins distendu qui ne s’est jamais défait, parfois légère, parfois doublée d’incompréhension quant cet homme brillant à qui rien ne résistait enchainait les échecs avec un fatalisme inéluctable.

On retrouve l’écriture fine de Catherine Cusset, cette émotion papable au fil des pages, un bel hommage à cet ami qui finalement ne savait pas vivre et auquel elle offre une ultime gloire.

Le petit bémol qui m’a déstabilisée du début à la fin du livre c’est le tutoiement de l’auteur envers son ami, laissant un peu le lecteur à l’écart de leur histoire.