chanson

Norah Jones … little broken hearts

Dix ans déjà que Norah Jones a débarqué dans mon champ musical.

J’écoute avec toujours autant de plaisir ses quatre précédents albums. Du jazz-soul, musique parfaite pour autoriser la lecture en même temps.

Ce nouvel album n’échappe pas à la règle. Un brin plus folk, un ton plus triste, elle a toujours une voix éblouissante, un petit coté Sade sur certains morceaux, un son limpide et même si je déplore un peu moins (traduire trop peu) de chansons jazz avec piano … vous l’aurez compris, je suis fan !!

Acheté cette semaine, l’album tourne en boucle et je ne me lasse pas de ces balades musicales.

Demain matin, après une semaine de folie (encore), nous nous échappons pour quelques jours de repos en Provence et nul doute que ces chansons vont accompagner notre route.

Je vous souhaite un bon WE …

Bye Bye Césaria

La chanteuse Césaria Evora qui a tant fait pour le Cap Vert est morte samedi dernier.

Le WE a filé bien vite et je voulais tout de même rendre un hommage à la chanteuse aux pieds nus, qui a démarré sa carrière sur le tard mais dont je suis fan de la première heure.  Césaria, ce sont des tas de souvenirs, heureux ou malheureux, des festivals de jazz ou de musique latine … nostalgie quand tu nous tiens !

Ma chanson préférée restera Petit Pays … et quelques notes de musiques valent mieux qu’un long discours … cet air me trotte dans la tête depuis samedi …


Cesaria Evora – Petit pays par

Silence on tourne

Partie la FNAC dénicher un livre pour ma petite nièce, je suis ressortie avec un agenda, un livre posé en tête de gondole aux caisses, un agenda et un CD … je vous le répète, je n’ai aucun mental !!

Pour la petite histoire, le petit livre est resté à la maison alors que je me rendais chez ma sœur, le livre de poche est venu gonfler ma PAL, l’agenda attendra bien sagement 2012 (à noter que j’ai fait une infidélité à mon paperblank fuschia reconduit d’année en années au profit d’une couverture « chats méditerranéens » joyeusement colorés) … mais le CD de Thomas Dutronc tourne en boucle dans la voiture et à la maison !!

J’avais adoré son premier opus, le second toujours sur un fond jazz manouche est un pétillant mélange de poésie, mélodie et fantaisie …. Et puis qui, à part celui qui est (SIC) « Hardy le matin et Dutronc le soir », peut entamer un album par une chanson qui fait rimer « Turlututu » et « Chapeau pointu » ??!!

Ne mangez pas ce que je chante


Dans le dernier ELLE, décidemment grande source d’inspiration ces derniers temps, les peoples nous font la popote. Rien de bien nouveau, cet thème étant ressorti régulièrement. Je suis juste amusée que Thomas Dutronc, après avoir lancé la révolte du Saucisson, fait l’apologie des vraies frites à l’huile, du Couscous et de la Paëlla, autant de plats pas vraiment léger s’ils sont réalisés dans les règles de l’art, nous concote une salade bien sympathique … mais si loin de son « improvisation culinaire » dont je suis fan et que je vous laisse écouter.

Respect Monsieur Bashung


Alain Baschung a disparu avant-hier … et depuis, les hommages se multiplient à une vitesse que je n’aurais pas imaginée.

J’étais trop jeune quand Brel, Brassens et Ferré  s’en sont allés, je me souviens vaguement de la disparition de Serge Gainsbourg et de Barbara, plus récemment de celle de Serge Reggiani et de Sacha Distel … mais je n’avais pas souvenir d’un tel battage médiatique.

La chaîne France 2 a dégainé la première en rediffusant dès dimanche soir les émissions Taratata auxquelles il avait participé, mais hier, ce fut un festival. A peine levé, Grand-B zappe sur les chaînes musicales et sur toutes, ce sont des clips d’Alain Baschung qui défilent.

Je rentre du travail, et je retrouve Grand-B (il a pourtant été au Lycée) à la même place que ce matin. Encore et toujours des chansons de Baschung sur MCM, NRJ …. J’allume la radio et on diffuse ses concerts au bataclan ou aux Francofolies de La Rochelle. La presse quotidienne a suivi, les hebdos de même, je ne parle pas des parutions de fin de semaine … et je n’ai pas eu le temps d’aller faire un tour sur la blogosphère.

No souci pour moi, je suis fan depuis des années, j’écoute tous ces morceaux avec un réel plaisir. Auteur, chanteur, compositeur, acteur … Alain Baschung étaient un artiste multi-facettes. Tout en étant d’une discrétion rare, il était toujours présent. Assez difficilement classable, sans doute était-il passé maître dans « la confusion des genres »… Je trouve qu’il était un mélange d’élégance et de rock, et finalement peut-être un des derniers grand géant de la chanson française. Je m’étonne simplement (mais très positivement) de ce phénomène inter-générations.

Aznavour est pour moi le dernier grand en vie, je suis nettement moins fan de Johnny Halliday mais il semble être un tel monument que je me dis que le jour où il va disparaître, ça va être un deuil national, ce n’est pas possible !!!!