petits plaisirs

J’aime #5

SAMSUNG CSC

Ces dernières semaine, j’ai l’impression que ma vie pourrait se résumer à un seul mot : travail.

Les journées filent, rythmées par les services, les lessives, l’entretien de notre petit restaurant, de notre appartement et avec les beaux jours l’activité ne fait qu’accroitre. Loin de moi l’idée de me plaindre (enfin, si , un peu …) mais voir le temps défiler à si vive allure me perturbe. J’ai tout juste le temps de lire, à peine celui de vous lire … et plus du tout celui d’écrire.

Alors que d’un côté, je suis mon propre boss, libre de m’organiser et de m’investir comme bon me semble … d’un autre côté, je suis complètement tributaire d’une clientèle et d’horaires par toujours faciles (me coucher tous les jours d’été à 1 heures (au mieux) alors que je suis du style poule est ma pire des contraintes). Mais bizarrement, je me sens quand même privilégiée de pouvoir exercer un métier qui me plait (qui nous plait).

Je sens bien que ce billet va partir en live, qu’il n’y aura ni introduction, ni conclusion mais ce que je voulais dire c’est que surtout, mon activité me permet d’apprécier pleinement tous les moments de repos que j’arrive à m’octroyer. Le dernier en date de début juin, où nous avons passé un WE en Provence.

Un WE fait de petits bonheurs simples comme se retrouver entre amis, respirer les parfums de la garrigue, se régaler des spécialités provençales, prendre le temps d’un café, d’une coupe de champagne ou d’un verre de rosé, refaire pour la énième fois les mêmes photos, se pâmer devant les champs de lavandin… et se ressourcer dans le cloître Saint Paul.

Je pourrais rester des heures dans ce lieu paisible. Nous avons visité plusieurs fois l’ancien hôpital où a séjourné Van Gogh mais c’est toujours vers le cloître que je reviens. C’est un endroit frais, paisible où je me sens bien, une sensation exquise que je serais bien en peine de vous expliquer … mais rien que de regarder ces photos, j’ai l’impression de faire une pause et en ce moment, même courte et même virtuelle, j’ai vraiment besoin de pauses !

Je vous avais bien prévenu que ce billet n’aurait ni queue ni tête mais j’avais juste envie de partager cet endroit avec vous. Et d’ailleurs, je suis sûre qu’on a tous un lieu de prédilection comme ça, non ?

SAMSUNG CSC

Les grandes vacances !

201308 vacances

Alors que la rentrée approche, c’est de grandes vacances que je rêve.

Enfant, je me souviens les avoir attendues avec une impatience non dissimulée, ado n’en parlons pas, les vacances au camping c’était carrément du rêve. Quand j’ai commencé à travailler, les grandes vacances étaient synonymes  de férias et faute de vraies vacances (j’enchainais les CDD), les WE étaient rythmés par les fêtes du Sud Ouest.

Puis j’ai eu une petite famille, un emploi stable et les congés payés d’été étaient espérés d’année en année. Que ce soit en juillet ou en août, les vacances d’été ont toujours rimé avec plage.

Depuis 3 ans, l’été n’est plus ma saison adorée, version 2013 encore moins. Les journées chaudes, voire très, très chaudes s’enchaînent et alors que le rythme ralentit pour les vacanciers, il s’accélère pour nous. Je fais contre mauvaise fortune bon cœur mais qu’on se le dise, je déteste travailler en été !!!

Eté ne rime plus avec serviette de plage, bikini et coquillages alors je me contente de me rappeler combien j’adore la plage, et même tout ce qui a pu me contrarier certains jours : le sable qui colle, la peau qui tire séchée par le sel, les cheveux emmêlés par l’eau de mer, la remontée de la dune chargés comme des ânes, le goûter croquant parce que tombé dans le sable … si vous saviez comme ça me manque tout ça !

Alors faute de GRANDES vacances, même pour quelques heures, j’ai la chance de pouvoir filer sur la côte Landaise le temps d’un après midi … c’est ma granule de bonheur  …

PS : merci ma soeur pour cette jolie pochette. Mon portable et mes clés de voiture l’adorent … et moi aussi bien sûr.

Les pieds dans l’eau (projet 52 #26)

Je peine un peu à reprendre le fil de mon projet 52.
Mon appareil est ressorti des cartons mais je manque de temps et d’inspiration … c’est presque une ritournelle hebdomadaire.

Ce WE, je pensais profiter d’une escapade sur la côte Basque pour ma participation en semaine 26 mais j’ai lâchement abandonné pour reflex pour me balader léger, léger.

En ce premier de WE de juillet, il n’y avait pas foule sur la plage de Saint Jean de Luz. Sans doute la faute à une matinée pluvieuse et un petit vent frais bon à décourager les baigneurs. Lundi matin, les températures sont à peine printanières mais c’est en ces moments là que j’apprécie la plage.

Marcher les pieds dans l’eau suffit à mon bonheur. Quand c’est la première fois de la saison, j’ai l’impression de redécouvrir cette sensation de fraîcheur (voire de froideur) qui saisit puis le plaisir de ne plus rien entendre que le bruit des vagues, la surprise de se laisser déborder par une vague un peu plus forte que les autres. J’apprécie le calme de la plage au petit matin alors que seuls les courageux se baignent, celui de marcher le nez vers le sable et de s’émerveiller des traces de pieds sitôt dessinées, sitôt effacées par les vagues, j’aime l’odeur de la mer … et quand c’est la dernière fois de l’été, j’essaie de profiter à fond de tout cela, un peu comme si cette bouffée d’air iodée devait me tenir tour l’hiver.