Provence

Du côté des cigales

201307-Provence8

Comme vous avez pu le constater depuis quelques temps, niveau blog, je suis à la ramasse. Manque d’inspiration, manque de temps, j’arrive même à rester des jours sans allumer mon ordinateur … damned !

Avec le retour du soleil, le retour de l’envie d’écrire et surtout celle de vous parler d’un lieu que j’aime tout particulièrement.

Chaque année, il me faut ma dose de lavandes, d’oliviers, de cigales et surtout de soleil alors nous nous échappons quelques jours au pied des Alpilles (bon c’était il y a DEJA un mois …)

A saint Rémy de Provence, à côté des ruines romaines de GLANUM se trouve depuis 1000 ans (non je n’exagère pas) un monastère dans lequel différentes congrégations se sont succédées.

Au fil des ans, les bâtiments ont évolué et la maison de santé Saint Paul de Mausole est actuellement à la fois un lieu de visite et un hôpital pour femmes.

Au 19ème siècle, le docteur Mercurin a fait de ce lieu un asile psychiatrique d’excellente renommée et le peintre Vincent VAN GOGH y a été soigné entre 1889 et 1890. Les méthodes novatrices des médecins et l’humanité des religieuses de cette époque ont contribué à la notoriété nationale sur le plan psychiatrique et internationale sur le plan culturel.

Le pavillon Van Gogh se visite alors que la clinique Saint-Paul accueille des malades et il se dégage de cet endroit une sérénité et une ambiance toute particulière. Comme d’année en année je fais toujours les mêmes photos, j’avais laissé mon réflex à la maison et j’ai bien regretté.

Ce jour là, la lumière et les champs en fleurs nous ont propulsé dans les tableaux de Van Gogh et c’était magique.

Si vous passez dans le coin, n’hésitez pas à bous arrêter c’est vraiment un lieu à part.

En Provence #1


Ce que j’aime quand nous allons dans les Alpilles, ce sont les petites routes au revêtement délavé, la nature sauvage, les fleurs qui ne sont jamais les même d’une saison à l’autre, le chant des cigales en été, les olives en octobre ou les odeurs de la Garrigue chauffée à blanc par un soleil de plomb.

Je suis toujours béate d’admiration devant les petits villages nichés au cœur du parc national des Alpilles et si bien préservés. Le style provençal est à la mode mais il ne se limite pas à de joli boutis ou à des meubles peints et patinés d’un gris-bleu si spécial, c’est toute une ambiance que je retrouve chaque fois avec un plaisir immense.

Nous aimons tout particulièrement le village de Saint-Rémy de Provence, ses ruelles et ses boutiques charmantes. Refaire le monde à la Pagnol au café des artistes le matin avec les locaux est sans doute un moment privilégié que nous ne manquerions pour rien au monde.

Cette année, nous avons décidé de nous « bouger » un peu et découvert le lac de Saint-Rémy et le barrage du Peirou. Ce barrage date de l’époque antique puisqu’il avait été construit pour alimenter Glanum, la cité antique dont il reste quelques vestiges à l’entrée du village depuis la route de Maussane (rien que le nom des villages, tu voyages). Pour la petite histoire, il fut reconstruit en 1885 afin de retenir les eaux de pluie et c’est le plus vieux barrage en voûte du monde.

La cuvette naturelle est entourée de roches, de forêts et de Garrigues faisant de ce lieu un endroit prisé pour la pêche et les pique-nique en famille mais il suffit de quelques centaines de mètres pour s’éloigner de tout ce monde et se retrouver sur des chemins balisés, plus ou moins escarpés offrant une balade bucolique à travers « la montagne » (tout est relatif, nous venons de Pyrénées !!!).

Un lieu qui m’a immédiatement rappelé « Le château de ma mère » de Marcel Pagnol, dont le village n’est pas si loin. Il faut absolument que je relise les passages des parties de chasse et de toutes façons, nous nous sommes promis d’y revenir chaussés convenablement pour une balade sur les hauteurs de Saint-Rémy offrant une vue à couper le souffle.

PS1 : comme cet endroit m’a plongé dans un état totalement nostalgique, j’ai appliqué un post-traitement années 1960 qui me rappelle les photos de mes grands-parents

PS2 : une petite échappée par la pensée en Provence a été du meilleur effet en cette fin d’après midi encore bien tristounette. Le soleil joue à cache-cache avec les nuages mais il perd à tous les coups et le thermomètre peine à remonter !

Flâner en Provence #2

De notre escapade en Provence, j’ai ramené des souvenirs, des gourmandises … et beaucoup de photos. Au fil de mes balades, je constate que finalement, on fait tous les mêmes photos ou presque, et pire, d’année en année je refais les mêmes au même endroit si j’y repasse.

Cela fait donc quelques temps que j’ai abandonné la photo « de carte postale » et que je préfère m’attacher aux détails. J’apprécie tout particulièrement de capter une image dans un joli jardin, une porte au coin d’une rue, une façade colorée, un étal de marché … ou des armoiries.

En parallèle, j’essaie d’apprivoiser mon nouveau joujou reflex numérique (en mode manuel, je précise car je suis quiche mais ça a des limites) et je dois avouer que je rame pas mal. Peu importe, je profite de l’avantage du numérique qui permet de mitrailler sans limite et de trier ensuite.

Nous avons croisé près d’Uzès une charmante villa … ou devrais-je dire un château. J’ai fait des dizaines de photos ; la plupart sont ratées car à force de toucher boutons, molettes et clics dans tous les sens, je finis par faire n’importe quoi. Je vous passe les photos prises à contre jour, celles avec le soleil de face ou le sujet à la lumière mais l’appareil à l’ombre …

Voilà quand même quelques photos de cet endroit plein de charme et loin de toute ostentation. Du parc aux arbres centenaires, se dégageait une atmosphère chaleureuse et raffinée. Même si nous étions début octobre, il faisait bon paresser à l’ombre fraîche des futées et je me suis plu à imaginer la vie dans cette demeure au siècle dernier. Sans doute une famille de la bourgeoisie aisée du XIXème, sans doute une famille nombreuse. J’imaginais les enfants courant dans ce parc, se cachant derrière les vieux platanes, riant. Puis, la Bree qui sommeille en moi s’est réveillée et j’envisageais l’entretien d’une telle demeure, idée rapidement balayée : le personnel ne devait pas manquer sur place. J’ai ensuite refait un bon au XXIème siècle me demandant comment un tel endroit pouvait être chauffé … bref, je suis imaginée quelques instants dans ces lieux magiques … c’est ça aussi les vacances, une jolie part de rêve.


Bon WE !!!

Flâner en Provence #1

Il n’est pas forcément nécessaire de partir bien loin pour se sentir en vacances. Quelques rayons de soleil, un thermomètre qui dépasse les 25°, de jolis décors et je me sens de suite coupée du quotidien.

Lors d’une visite rendue à un ami qui travaille dans une propriété viticole, je suis tombée sous le charme de ce joli château au cachet si désuet.

La dégustation de vins sur la terrasse en fin de matinée, les olives, la tapenade, la vue sur le Luberon au loin, le délicieux accent Irlandais de la propriétaire … j’aurais voulu que cet instant ne cesse jamais.

Jolie façade légèrement décrépie et volets écaillés … so charming !!!

… au moins autant que la fontaine !!!

La cure gourmande


Ca y est, je trouve deux minutes pour me poser. J’ai enfin défait les valises, lavé-repassé-plié-rangé le linge, trié  quelques papiers … mais surtout, j’ai transféré les photos de mon appareil vers mon ordinateur.

Je ne vais pas vous livrer nos vacances en détail, juste quelques instants particulièrement appréciés et pour commencer la gourmande que je suis, ne pouvait pas rester indifférente à une jolie boutique, découverte à Uzes et recroisée à Aix en Provence, répondant au nom diaboliquement tentant de « La cure gourmande ».

Immédiatement les berlingots m’ont fait de l’œil, M-Chéri n’était finalement pas en reste et attirés par tant de couleurs, nous avons franchi la porte du magasin. C’est sûr que ça sent le pièges à touristes, que bonbons et petits gâteaux aux accents de la Provence y sont vendu à un prix exorbitant mais peu importe …

Ici, point de fraises Tagada, oursons ou autres schtroumpfs (que j’adore par ailleurs) mais un assortiment incroyable de petits biscuits tels que sablés aux parfums variés, amandes grillées enrobées de chocolat, croquants aux amandes ou boules à l’anis … le tout vendu avec de jolies boîtes aux décors à l’ancienne … de quoi faire une vraie cure gourmande !!!


Allez, je vous laisse découvrir cette jolie boutique en photo et je vous souhaite une bonne fin de week-end !!



Alors, vous auriez résisté vous ???