shopping

et si on parlait soldes …

Les soldes …

C’est je sujet de conversation numéro un en ce moment. Pour ceux (enfin surtout celles) qui font de bonnes affaires, ceux qui stratégiquement attendent les démarques plus importantes, ceux qui passent leur tour ou ceux qui jugent que c’est un démarrage super calme, on en parle tous plus ou moins.

Personnellement, les soldes  je n’y cours pas après. D’abord parce que j’ai en général trop dépensé avant, ensuite parce que je profite généralement des remises d’avant fêtes ou des soldes privées et enfin je n’achète que très rarement sur le net.

Cette année, Melle étant devenue étudiante, mon budget shopping est réduit à néant, ou presque. Mais comme on ne se refait pas, j’ai quand même farfouillé par ci par là, à la recherche de LA bonne affaire.

J’ai commencé par fuir la foule des Mango, Zara ou autres H&M (le monde à la caisse a eu raison de ma patience en quelques secondes), essayé 10 jeans chez Bonobo pour qu’au final, le seul qui m’aille ne soit pas soldé (ça c’est le genre de truc qui m’arrive régulièrement). J’ai volontairement évité les boutiques de créateurs puisque même en solde, c’est no way en ce moment. J’ai aussi fait une escale chez mon libraire … où les livres ne sont pas soldés bien sûr mais j’ai finalement trouvé un Jean Levis, coupe slim mais pour « bonnes cuisses », celui que je n’avais pas acheté à la rentrée pour cause de bonne résolution mais qui m’attendait avec une chouette démarque.

Et vous, les soldes ?

Le cas demi-saison #1

Je ne sais pas vous, mais moi, j’ai des formes d’obsessions modesques. J’en ai parlé il y a peu, je collectionne les jeans mais ça encore, c’est classique. J’ai eu ma période ballerines, ma passe corail, ma folie bottes, mon addiction aux sahariennes  et depuis deux ou trois ans, à chaque intersaison,  j’investis dans un blazer !

Gris en 2010, marine en 2011 et blanc en 2012, c’est comme ça. Il y a des vêtements dans lesquelles on se sent bien. Ce sont ceux que l’on lave régulièrement, que l’on enfile sans se poser de questions,  ceux sur lesquels on se rabat les jours où « on a  rien à se mettre », ceux qui vont avec tout … et le blazer fait partie ce cette catégorie là.

Limite ces vêtements n’ont pas de saison et c’est justement à la mi-saison que je les ressors. Le blazer c’est quand même pratique. Chic et classique avec une chemise blanche, plus cool avec un T-shirt et avec le temps de ces derniers jours  (on se gèle le matin, on a trop chaud à midi, puis trop froid le soir, on transpire  dès que le soleil sort, on se caille dès qu’il se cache … et accessoirement on attrape la crève !!!) c’est carrément super pratique, surtout s’il ne se froisse pas.

Version 2012, il sera blanc et chic puisque j’ai  jeté mon dévolu sur une veste de smoking blanche. A  l’heure où j’écris ce billet il fait une averse terrible mais peu importe, ce soir ce sera T-shirt gris et veste blanche !!

PS : pour le total look smoking, j’attends des jours meilleurs (la pluie et le pantalon blanc c’est pas top) et surtout une occasion très chic … pas gagné !!!

PPS : en fait, pour une fois je suis ravie qu’il pleuve … même si je vais me tremper pour aller bosser ce soir,  les terres sont si sèches que je signe de suite pour une semaine de pluie.

Léopard ou foulard ?


En imprimés ou en bijoux, cela fait plusieurs années que les animaux sauvages ont envahi les dressings. Panthère, léopard et dernièrement python, c’est la jungle dans les armoires. Enfin, pas chez moi car cela fait plusieurs saisons qui s’enchaînent et que je dis « Non merci ».

Alors que j’aime les pièces discrètes, je suis souvent très attirée par des vêtements colorés et à ce titre, je n’ai pu m’empêcher de jeter un regard envieux à la collection printemps été de Dolce & Gabbana entièrement constituée d’imprimés foulard, le motif à l’énergie joyeuse et communicative. Imprimés équestres, cachemire ou baroque, je les aime tous.

Quel rapport entre le foulard et le léopard me direz-vous ? Et bien c’est simple, ça n’a rien à voir mais j’ai finalement craqué pour les deux !!

Alors que je reste persuadée que le chemisier foulard mémérise, que je ne sais toujours pas porter un carré classique, j’ai déniché une petite robe au motif foulard et à la ligne très seventies et je me suis laissée tenter par une robe fluide à l’imprimé 100% léopard, oui, même pas des touches, du 100% et contre toute attente, j’adore !!!! Remisée à 50%, j’ai pris des risques mesurés …

La robe foulard a été achetée avant les fêtes et la robe léopard sera sans doute mon seul achat au rabais. Ce billet est aussi mon clin d’œil aux soldes qui commencent à priori aujourd’hui sur l’ensemble du territoire français mais qui sont pratiquement terminées chez nous. Entre les soldes privées avant Noël, les remises de courtoisies entre les deux fêtes et une date officielle des soldes anticipée d’une semaine, il y a fort à parier que d’ici la fin du mois c’est déjà la collection été qui fera sont apparition en vitrine et qui me tentera  !!!

Edit du vendredi 13 janvier :
Comme j’avais 3 minutes à perdre et que je suis une faible fille que la blogoshère rend encore plus vulnérable, voici mes deux robes en versions portées !!!
Comme je ne suis pas encore prête pour un coming-out à 100%, vous admirerez la poste cachée derrière la main !!!

 
 
Robe Gérard Darel FW 2011-2012 – Robe Massimo Dutti FW 2011-2012

Mon petit top Maje

Pendant mes 8 ou 9 mois d’absence, certes j’ai beaucoup travaillé mais j’ai aussi trouvé le temps de faire du shopping. Outre le renouvellement complet de mon armoire à chaussures, j’ai glané de ci de là quelques jolies pièces parce que je « m’habille » TOUS les jours … et parfois même deux fois par jour !!!

 

Moi qui adore fouiner et dépenser, tu penses bien que c’est une aubaine d’avoir le prétexte d’être toujours impeccable mais j’ai aussi un budget plus limité qu’avant et j’avais donc le choix entre les chaînes chéries H&M, Zara, GAP  … ou la pièce un peu plus stylée des marques créatives et abordables.

 

J’ai choisi la qualité à la quantité et comme le dit si bien notre Ines nationale, « Le secret d’un bon style est de ses sentir bien dans ses vêtements » … très important quand on s’active pendant 3 heures durant.

 

Parmi les vêtements que j’ai acheté cet été, figure un petit top Maje que j’ai mis et remis tant il possède de qualités. Il est léger, sans entretien (pas de repassage), il va avec tout. Je l’ai porté dès les premiers beaux jours du printemps et gageons que je vais encore en profiter cet automne. J’adore son petit côté Missoni et puis surtout, le plissé savamment positionné avantage terriblement les poitrines menues …

bref, j’avais juste envie de vous le montrer.

Ma journée chez le suédois

Divers-2972.JPG 

 Qui dit déménagement (ou emménagement) dit réorganisation. Et réorganisation passe souvent par la case du géant suédois jaune et bleu pour solutions au rangement !

 Il y a peu, j’ai donc planifié une expédition dans le temple de la consommation « meublesque » pas chère. J’ai bien tenté de convaincre M-Chéri puis Melle de venir m’accompagner mais en pure perte, j’ai donc pris, seule,  la direction de Toulouse (1h45 tout de même pour le IKEA le plus proche).

J’avais épluché le catalogue dans tous les sens, pris des notes sur les articles qui semblaient intéressants, mesuré les espaces à remplir (oui, j’ai même été jusqu’à noter l’écartement entre les trous laissés par le précédent locataire) et je suis donc partie avec mes sacs bleus aux anses jaunes (géants eux aussi), ma liste, mon mètre et mon crayon … et la carte bleue !

Arrivée sur place, pas d’aussi bonne heure que je l’aurais souhaité, il n’a pas été facile de trouver une place de parking mais j’y suis arrivé, garant la voiture coffre en avant, près de l’ascenseur … une aubaine !

Une fois dans le magasin (et du parking à l’ascenseur, à la bonne entrée, ce ne fut pas simple), en bon petit soldat, j’ai suivi les flèches pour étudier tous les décors et pièces présentés … 1h30 plus tard, j’arrivai enfin au rayon bazar, un peu étourdie mais encore motivée, ma liste de note gribouillée dans tous les sens (devenue limite lisible) et la localisation au dépôt des pièces repérées, annotée en face de chaque référence.

Très vite, mon sac jaune a dégueulé de gadgets, étagères, housses de couettes et autres oreillers (même sous vide, ça fait vite du volume). J’avais pourtant été raisonnable, évitant les gadgets inutiles et les ustensiles pas chers, si jolis que je possède déjà par dizaines.

Arrivée au rayon stockage, je me suis donc jetée sur un chariot. J’ai commencé à empiler, étagères, tables, matelas mais il a vite fallu me rendre à l’évidence, un chariot ça n’allait pas le faire … et j’étais seule ! J’ai donc tout vidé, pris un chariot d’un autre modèle et ton ré-empilé proprement … enfin presque puisque j’ai perdu la moitié de ma cargaison à plusieurs reprises avant d’arriver à la caisse. Pas de photo, je m’étais suffisamment ridiculisée comme ça !!

La dite caisse atteinte, épuisée, suante et puante, je me suis faite agresser par l’hôtesse (de caisse) qui m’a reproché  de ne pas avoir rangé mes objets de telle sorte que le code barre soit lisible … ben voyons !!!

Je n’étais pas au bout de mes peines  puisqu’il m’a fallu regagner la voiture, prendre l’ascenseur, en veillant régulièrement à ne rien semer de mes achats. J’ai béni M-Chéri d’avoir acheté une voiture beaucoup trop grande pour nous deux en temps normal car je n’ai pas été obligée de jouer au lapin crétin en brisant mon butin pour le loger un peu partout.

6 heures plus tard, j’étais de retour à la maison, prête à affronter les 3 étages à pied et comme je suis une guerrière, j’ai même monté les meubles dans la foulée … peur de rien !