A vélo En Béarn Sud-Ouest

Du Pays Basque au Béarn à vélo

Pédaler pour pédaler, ce n’est pas trop mon truc. Par contre, j’adore associer activité physique et culturelle (ou vélo et taf !!) … en clair il me faut un but et cela fait des années que je voulais découvrir le chemin de halage qui longe l’Adour, de Bayonne à Peyrehorade ou vice-versa !

Des gaves à l’Adour, de l’Adour à l’océan

Les pistes cyclables des Landes se déroulent sur quelques centaines de kilomètres. Entre la Vélodyssée qui longe le littoral au milieu des pins, le réseau cyclable qui relient les petites communes et les circuits cyclotouristes ce sont plus de 2000 km de voies vertes à découvrir sur les départements 40 et 64. Les circuits les plus pratiqués sont évidemment ceux qui longent la côte et les villages touristiques, mais à l’intérieur des départements, il existe aussi de jolies boucles, plus terre que mer et aujourd’hui, je vous fais découvrir un itinéraire qui part du pays Basque, passe par les Landes et se termine en Béarn.

Une petite parenthèse s’impose sur la différence entre « Voie verte » et « Boucle ou Itinéraire cyclotouriste » ! La voie verte est une voie réservée aux véhicules non motorisés et leur nombre tend à augmenter. Dans la cadre de la valorisation de l’environnement et du patrimoine, chemins de halage, anciennes routes ou chemins ruraux, voies ferrées désaffectées sont autant de supports qui petit à petit sont exploités par les communes … c’est la vague verte !!

L’itinéraire ou boucle de cyclotourisme (parfois appelé véloroute) emprunte des routes secondaires peu fréquentées mais que cyclistes et automobilistes se partagent. La sécurité et le balisage sont sensés être adaptés à la circulation à vélo mais ce n’est pas toujours le cas.

En ce qui concerne le chemin de halage entre Bayonne et Peyrehorade, il ne s’agit pas d’une voie verte et en semaine, l’itinéraire est fréquenté par les locaux qui utilisent ce réseau secondaire pour éviter les axes de grande circulation. Bref, tout ça pour vous dire qu’avec des enfants et/ou le soir à 18 heures, je déconseille ce parcours car sur la trentaine de kilomètres qui longent l’Adour, tout juste dix sont réellement réservés aux cyclistes. Par contre, le dimanche ou un jour férié, c’est une balade vraiment très plaisante.

Le long du chemin de halage sur les bords de l’Adour

La ville de Bayonne est en plaine mutation vers des déplacements « doux ». Le maillage des pistes cyclables est très dense et il est donc très aisé de rejoindre l’Adour en direction de Urt, fleuve à main gauche donc.

Longer le fleuve est très plaisant et c’est comme longer des canaux, c’est apaisant !  On le suit tranquillement de pont en pont, on l’abandonne parfois sur quelques kilomètres pour une portion de piste en forêt qui suit un bras du fleuve. En pleine verdure, ces chemins sont bucoliques à souhait et la fraicheur y est particulièrement agréable.

Le parcours est jalonné de tables, invitation à la rêverie. Même calme, l’Adour n’incite pas à la baignade mais davantage à une promenade sur l’eau;  barques et petits bateaux sont  accostés à des pontons sur les deux rives au fil des habitations. Je crois n’avoir jamais mesuré que l’Adour était un fleuve aussi large sur certaines portions,

c’est majestueux et ce d’autant plus qu’il est bordé de magnifiques villas …

… et même d’un château, le château du Bec du Gave transformé en chambres d’hôtes.

Minute culture sur l’Adour

L’Adour fait un peu plus de 300 km (308,8 pour être précis). Le fleuve prend sa source dans la vallée de Campan (Hautes Pyrénées), s’étend jusqu’au département du Gers et de là, s’oriente vers l’ouest en direction des Landes puis il se jette dans l’océan Atlantique, à la limite des départements des Pyrénées Atlantique (Anglet) et des Landes (Tarnos). Le Bec du Gave est l’endroit où «Les Gaves réunis» se jettent dans l’Adour.


Quelques kilomètres plus loin, nous entrons dans Peyrehorade, là où le Gave d’Oloron et le Gave de Pau ne font plus qu’un.  « Les gaves réunis » ne font donc route ensemble que quelques kilomètres avant de se jeter dans l’Adour.


Encore quelques coups de pédale et nous atteignons Sorde l’Abbaye, jolie petite commune connue pour son abbaye. En Pays d’Orthe et Arrigans, le village tire sa renommée de son abbaye bénédictine, fondée à la fin du Xe siècle, au bord du gave d’Oloron. L’abbaye Saint-Jean est classée aux Monuments Historiques et a été inscrite sur la Liste du patrimoine mondial par l’UNESCO au titre des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France. Encore un lieu qui mérite une visite à lui seul !

Faire du vélo en Béarn et profiter le long des gaves

La départementale principale qui ramène vers le Béarn est une départementale assez fréquentée (D936), le gave d’Oloron à main gauche. L’itinéraire cycliste emprunte lui, des petites routes de campagne, le gave à main droite. Nous traversons donc des petits hameaux, dépendants de villages un peu perdus, c’est un peu comme si le temps s’était arrêté sur ces territoires ruraux. Il faut dire que pour éviter les voies fréquentées, nous avons ciblé les plus petites départementales !

Le tracé est vallonné mais rien d’insurmontable. Le Béarn est un pays de relief et au loin, au sommet de côtes se dévoilent les Pyrénées. Comme une récompense à l’effort, ce paysage grandiose, somptueuses découpes de pierre sur un ciel limpide qui contraste avec le vert de la végétation des vallées creusées par les gaves, s’offre à nous. C’est beau, c’est vert, c’est nature … et on adore !!

En fait, c’est vraiment sympatique de jouer les touristes chez soi, on ne le fait jamais assez et certaines cités du Béarn méritent un billet à elles seules. Ci-dessus le village de Sauveterre-de-Béarn mais Navarrenx ou Sallies de Béarn vaudraient bien un détour  !

Arrivés au village de Laas, nous sommes bluffés par le charme de la petite commune et nous immortalisons le passage de la frontière puisque le maire du village a déclaré son territoire Principauté et s’est autoproclamé centre du monde (oui, cela a fait la une des médias il y a quelques années). Le village est aussi connu pour son château, son jeu des énigmes, sa douane … bref son dynamisme !

Ceux qui me lisent ici régulièrement comprendront que ce billet est la fin de notre périple de Brest à Oloron-Ste-Marie en vélo, pour les autres, l’aventure a débuté ici et vous trouverez toutes nos étapes dans Escapades / En France / A vélo … un ultime billet est en cours de rédaction avec des infos pratiques sur l’ensemble du voyage (équipement, budget, hébergements ….)

Infos pratiques de l’itinéraire Bayonne – Oloron-Ste-Marie :

Distance totale 105 km.
Pas de difficulté particulière, il y a bien quelques côtes mais pas de col et longer l’adour est résolument plat !

Itinéraire : depuis Bayonne, prendre la D312 en direction de Urt, puis le D261 jusqu’à Peyrehorade. De là, rejoindre Sordes l’Abbaye par le D29.
A la sortie de Caresse, quitter la D29 pour la D17 direction Oraas puis  suivre la direction  Sauveterre-de-Béarn (D27). Arrivé à Sauveterre-de-Béarn, on a parcouru 64 km !
Quitter Sauveterre-de-Béarn via la D27 direction Audaux, Bugnein, Méritein et Navarrenx. A la sortie de Navarrenx, prendre la direction Jasses et retrouver la D27 après Jasses. A la sortie de Lamidou, prendre la D25 en direction de Prechacq-Navarrenx où l’on traversera le gave d’Oloron avant de rejoindre la vallée de Josbaig via la D836 jusqu’à Oloron Ste Marie.

Ce n’est pas une boucle, les portions peuvent se faire en plusieurs fois ou en Itinérance avec nuitée en gîte, je suis certaine qu’il y a matière à un périple sympathique, l’aventure près de chez soi !! Pour les vacanciers sportifs qui passent ici, je suis prête à vous indiquer différentes variantes !!

You Might Also Like

6 Comments

  • Reply
    Une Porte Sur Deux Continents
    23 juillet 2020 at 0 h 48 min

    Avec de beaux objectifs comme ceux-là, ça donne en effet envie de pédaler. J’admire ta résistance. Quel beau projet de voyage inspirant. Bises et belle journée ♥

    • Reply
      Laurence
      23 juillet 2020 at 19 h 36 min

      Merci Nathalie !! Tu sais, ce n’était pas si difficile … c’était presque plus douloureux de m’atteler à la rédaction de ces billets et surtout au tri des photos ! Bises

  • Reply
    matchingpoints
    23 juillet 2020 at 13 h 54 min

    Bravo pour ce Tours de France, aussi bien sportif que culturel et contemplatif ! Vous êtes très tendance dans le contexte actuel. Ces images paisibles de beaux paysages font du bien (nous n’avons pas eu à souffrir pour les mériter…).
    Merci pour ce beau partage
    Bonne journée

    • Reply
      Laurence
      23 juillet 2020 at 19 h 37 min

      C’est vrai que nos passions pour le vélo et le van sont vraiment dans l’air du temps ! Sur ce coup là, après avoir été un peu « moqués », la roue a tourné (le jeu de mot à deux balles involontaire 😉 !!
      Bonne soirée à vous deux.

  • Reply
    Koalisa
    30 juillet 2020 at 11 h 33 min

    Encore un exploit cycliste, tu deviens une vraie pro, bravo ! C’est une belle façon de découvrir nos régions…

    • Reply
      Laurence
      1 août 2020 at 11 h 37 min

      Ce n’est pas un exploit mais c’est assurément la façon de découvrir une région qui me séduit le plus !! plus rapide qu’à pied et bien moins qu’en voiture !

Leave a Reply

*