Critiques littéraires Culture

La porte du voyage sans retour (David Diop)

« La porte du voyage sans retour », c’est le surnom donné à l’île de Gorée. A moins que ce ne soit la porte qui ouvre sur la mer de la maison du gouverneur de l’île. Dans tous les cas, l’expression a une haute valeur symbolique.

De la découverte de la flore à la rencontre des hommes

Michel Adanson est un tout jeune botaniste, mandaté par la France pour explorer la flore du Sénégal au milieu du XVIIIème siècle. Parti pour découvrir des plantes, il rencontrera des hommes. Couchée dans des carnets et tenue secrète toute au long de sa vie, l‘évocation romanesque et puissante de ces cinq années passées au Sénégal est transmise à sa fille Aglaé. Un héritage secret en quelque sorte.

L’Odyssée africaine

David Diop choisit un angle romanesque pour aborder le sujet de l’esclavage et dénoncer les préjugés sur la supériorité occidentale. Les propos de Maram, jeune « négresse » au destin dramatique, offrent la description d’une Afrique somptueuse et poétique. Sa rencontre avec Ndiak, fils du roi du Waalo qui lui sert de guide et d’interprète, prend des airs de roman d’aventure … voilà une odyssée à la fois turbulente et mélancolique.

Ce périple africain avec en toile de fond les stigmates de l’esclavage est servi par une écriture exigeante et brillante. De longues phrases, des mots que je ne connaissais pas, j’ai parfois été perdue dans les méandres de ce texte.

Mais j’ai surtout été perturbée par le mélange des genres. Certains passages ont la flamboyance d’un Laurent Gaudé (David Diop a de réels talents de conteur qui m’on rappelé le roi Tsongor) et d’autres ont la légéreté et la malice de certains récits d’aventures (impossible pour moi de ne pas penser au roi Zimbeline de Jean Christophe Ruffin). Les relations humaines et les jeux d’influence sont très finement analysés, et historiquement ce livre, même avec toutes les libertés qu’a pu prendre l’auteur, est passionnant … mais finalement ce mélange des genres m’a autant dérangée que laissée sur la faim.

Les chapitres sont courts et le rythme intense, cela se lit très vite mais à mon goût il y a trop de sujets abordés, pléthore de personnages et du coup peut-être pas assez de pages !

Voilà, la rentrée littéraire 2021 est lancée ! Ce ne sera pas un coup de cœur mais David Diop dont j’avais bien aimé frère d’âmes est sans aucun doute un auteur à suivre ! Merci aux éditions du seuil et à Babelio pour l’envoi de ce livre en avant première.

La porte du voyage sans retour
David Diop
Edition du seuil
290 pages

You Might Also Like

No Comments

    Leave a Reply

    *