Critiques littéraires Culture

Les étoiles s’éteignent à l’aube (Richard Wagamese)

Adieu la rentrée littéraire, confinement oblige, je vide ma PAL !! Ca tombe bien car elle contient quelques pépites. Voici la première : « Les étoiles s’éteignent à l’aube », roman initiatique de Richard Wagamese.

Cette lecture est ma première incursion dans la littérature amérindienne et quelle claque que cette plongée dans les grands espaces canadiens !! 

La littérature amérindienne, les traditions ancestrales, bienvenue chez les Objiwes

Franck Starlight a été abandonné par son père et élevé par « le vieil homme » au plus proche de la nature. Ce dernier lui transmis des principes simples et justes. Rongé par l’alcool et par le poids des remords, Eldon Starlight, le père de Franck demande à son fils de tout juste 16 ans de l’accompagner dans son ultime voyage, là-haut dans la montagne. Ils n’ont jamais vécu ensemble, ses sont à peine côtoyés mais la tradition Ojibwe sera respectée et il sera enterré comme un guerrier dans la montagne. Pour Eldon, ce sera l’occasion de révéler les secrets qui le rongent depuis des années et pour Franck, celle de découvrir ses origines Ojibwe et surtout un voyage dans des paysages aussi âpres que magnifiques, des journées de silence et des veillées propices à la confession.

Une magnifique immersion au fin fond du Canada sauvage !

L’écriture est d’une justesse infinie et j’ai lu ce livre les larmes aux yeux. Emue par l’histoire de ce jeune amérindien autant que par la splendeur de la nature sauvage. Tout y est sobre, rude même : la vie de Franck en tête. Ici les mots sont distillés avec une rare économie mais ils sont d’une puissance inouïe.

Un merveilleux roman sur la transmission et le rapport de l’homme à la nature ! Un mélange de révolte et d’empathie entre un père et un fils qui au final se surprennent mutuellement, découvrant chacun des propres blessures et tentant de les panser.

Les étoiles s’éteignent à l’aube
Richard Wagamese
Edition 10/18
312 pages

You Might Also Like

5 Comments

  • Reply
    Matching Points
    19 décembre 2020 at 22 h 51 min

    L’histoire des amérindiens est bien triste. Elle est quelquefois évoquée dans des films où, loin du mythe des indiens coupeurs de scalp, on les voit parqués dans des réserves, chômeurs et rongés par l’alcool.

    • Reply
      Laurence
      7 janvier 2021 at 21 h 03 min

      Lors d’un voyage au Canada, les réserves indiennes sont sans doute un des plus mauvais souvenirs de mon voyage !!
      A très vite sur votre blog et bonne année à vous deux !!

  • Reply
    Koalisa
    22 décembre 2020 at 13 h 48 min

    Ce roman a l’air passionnant, merci pour cette découverte ! J’espère que tu vas bien. Bisous

    • Reply
      Laurence
      7 janvier 2021 at 21 h 05 min

      Je retrouve difficilement le chemin du blog … mais c’est parce que je n’ai plus une minute à moi et me connaissant, c’est une excellente nouvelle !! Merci pour ton commentaire Isabelle, je vais essayer de lire mon retard de billet sur ton blog ! Bises et belle année 2021 !

  • Reply
    chiffonsandco
    20 janvier 2021 at 21 h 46 min

    voilà une histoire qui pourrait me plaire, mais j’ai moi aussi décidé de lire ce que j’ai déjà ^^

Leave a Reply

*