Critiques littéraires

Un WE au jazz #2


Samedi soir, je me suis octroyée une petite sortie plaisir. M-Chéri n’aime pas le Jazz, peu importe, me voilà partie seule pour assister au concert de Roberto Fonseca et de son quintette.

Je ne connais finalement que peu de chose de l’artiste, si ce n’est que c’est un pianiste cubain très talentueux,  qu’il a participé à la dernière tournée du Buena Vista Social Club et qu’il sera à Marciac devant 5000 personnes en août.

21h00, la salle est pleine. Bon, soyons clair, pleine, cela veut dire 450 personnes, c’est pas le Zénith et c’est tant mieux, mais notre petite salle de spectacles offre une intimité et une acoustique parfaites. J’ai même l’impression d’être installée sur la scène puisque je suis invitée, en « V.I.P. » … et installée au premier rang.

21h15, Roberto avance sur scène, chapeau vissé sur la tête à la Charlie Winston (je sais, c’est une obsession) suivi de ses 4 acolytes : un batteur, un percussionniste, un contrebassiste et un virtuose des instruments à vents qui alternera saxo, clarinette et flûte traversière avec brio (le mot est faible, c’est un truc de fou !!!)

Dès les premiers accords de piano, je suis conquise. Pour avoir pratiqué 12 ans de piano et n’en n’avoir rien gardé, je suis fascinée par le jeu de ses doigts qui glissent sur le piano d’un octave à l’autre avec une virtuosité déconcertante. Pas un regard au clavier, sa technique est brillante et sa facilité d’improvisation carrément bluffante.

Les morceaux s’enchaînent avec une montée en puissance qui me transporte. J’ai du mal à trouver les mots pour décrire ce sentiment de plénitude musicale et j’ai vraiment l’impression d’assister à un grand show. Dans un espace si confiné que je me sens extrêmement privilégiée d’avoir pu assister à ce moment magique.

Le concert terminé, j’ai acheté le CD et joué la groupie pour faire dédicacer le livret. A ce sujet, je n’étais pas la seule, cela a été une véritable foire d’empoigne. Je me suis fait piétiner les pieds, j’ai subi des attaques de coude dans le dos, quelques insultes ont fusé … à me demander si je n’ai pas assisté à un concert d’une grand star sans le savoir !!! Enfin, compte tenu de la moyenne d’âge assez élevée, je constate juste que les vieux sont beaucoup plus mal élevés que les jeunes et Roberto Fonseca d’une patience d’ange !!!

Du coup, le concert du lendemain, pourtant excellent, sur un rythme beaucoup plus salsa que jazz me laissera sur ma faim. Bon, il faut avouer que j’étais vraiment fatiguée, que j’ai fini pieds nus, la plantes de mes petons en feu d’avoir trop dansé et que j’ai été fort incommodée par les odeurs aigres de transpiration  de quelques personnes qui se sont trémoussées sur des rythmes latinos endiablés … les bras en l’air …. Beurk !!!

Prochaine étape : Marciac … et qui sait, peut-être à nouveau le quintette Fonseca, j’ai écouté le CD 3 fois depuis hier … le bonheur !!!

You Might Also Like

No Comments

    Leave a Reply

    *