Critiques littéraires

Joyce Jonathan, ça te parle ?

Culture-3048.JPG

Je tourne un peu en rond en ce moment. Je me débats avec les administrations françaises. Je crise contre les serveurs vocaux, je maudis les circuits bancaires pour qui « rapidement » est une unité de temps à la semaine (pour moi c’est à l’heure) … alors pour me calmer, je lis, j’écoute de la musique, ou les deux.

Au détour d’un bac de CD, je suis tombée sur un album en tête de gondole. Impossible de le pré-écouter mais j’étais d’humeur joueuse et le CD ne facturant que 10 euros, je me suis dit que le risque était moindre.

Joyce Jonathan « Sur mes gardes ». En couverture de la pochette, un adorable minois pour une jeune femme à peine sortie de l’adolescence semble t’il (vérification faite, elle n’a pas 20 ans).

De prime abord, j’ai un peu l’impression d’avoir cédé aux sirènes du business façon Star Ac  mais je me suis tout de même laissée porter par ces douces mélodies et le joli brin de voix de l’interprète.

 A la seconde écoute (merci le lecteur CD dans la voiture car les jours de grève sur Inter, la sélection musicale fait pitié), j’ai apprécié la douceur et la légèreté de cette musique aux accents folk. Pas mal de sensibilité dans les textes (écrit par la demoiselle herself, ce qui n’est pas si mal compte tenu de son jeune âge), des arrangements simples (merci Louis Bertignac), bref, un album pas si gnan-gnan que j’aurais pu le penser à la première écoute et un vrai coup de cœur pour le duo avec Tété.

 Je vous laisse découvrir.

You Might Also Like

No Comments

    Leave a Reply

    *