Humeurs

La shoes attitude

Hier, juste pour passer le temps (ouais, j’ai trop rien à faire en ce moment), je me balade sur le site de ELLE et l’air de rien je me lance dans le test « Etes vous une shoes addict ? »

Au vu des premières questions et dans la mesure où je ne possède ni Stilettos, ni escarpins Louboutin (même si j’en rêve), ni Manolo Blahnik, dans celle où je ne vais jamais à des « galas hyper chic » et que quand je m’habille « un peu plus chic », c’est pour des journées un tant soit peu exceptionnelles au restaurant (réveillons, St Valentin, Fête des mères – moments où je n’ai pas les pieds sous la table puisque j’arpente la salle et, pour avoir testé, 10 cm de talons ce n’est pas compatible avec ce métier), j’ai du mal à répondre à ce quizz très parisien, me retrouvant même obligé de cocher que la dernière paire acheté est une paire de Nike Liberty. Bon, c’était ce qu’il y avait de plus proche des Veja mais je n’imaginais même pas que ça pouvait exister (les Nike Liberty, hein, parce que les Nike, je sais). D’ailleurs si ça n’existe pas : no comment.

Bref, je me dis qu’avec mes réponses je serai tout sauf une shoes addict …. Et bien non, voici le résultat : « Vous êtes une dingue de chaussures : Carrie Bradshaw n’a qu’à bien se tenir. Escarpins, baskets, ankle boots, open toes, stilettos, compensées, en cuir, plastique, sobre ou flashy, vous dites oui, oui, oui. Votre dressing explose, votre carte bleue est en miettes mais vous avez une paire pour chaque occasion. Vous êtes une shoes addict. A quand la detox ?  »

Alors, dès potron-minet, je réveille la Carrie qui sommeille en moi. Une détox ? Vous voulez, rire, j’ai bien trop à faire avec un semblant de detox alimentaire et ce matin donc, au grand dam de M-Chéri, je me lamentais devant mon armoire ne trouvant aucune chaussure pouvant aller à mon pied : talon trop bas, trop large, bout trop rond, trop pointu ou trop carré, trop ouvert, pas la bonne couleur … Je vous passe celles que j’ai achetée trop petites (comme les fringues d’ailleurs, sans doute dans l’idée d’un hypothétique régime qui me ferait maigrir des pieds) et le verdict est sans appel: il me faut une nouvelle paire de chaussures (au moins).

Mon dressing n’explose pas mais j’ai quand même redécouvert toute une série de paires vintage, immettables à ce jour (et là, c’est la victime de la mode qui parle) mais que je conserve religieusement dans leur boîte et pochon d’origine. Le temps d’ouvrir et de refermer toutes ces boîtes, je suis arrivée en retard au bureau mais avec l’idée d’estampiller chacune de mes boîtes de la photo de ce qu’elle contient et surtout, fermement motivée pour une virée shopping dès samedi matin … et tant pis si ma carte bleue est en miette, c’est si bon pour le moral. 

You Might Also Like

No Comments

    Leave a Reply

    *