Critiques littéraires

Les enfants sont rois (Delphine de Vigan)

Une fois de plus, Delphine de Vigan sait nous surprendre. Dans « Les enfants sont rois », l’auteure nous emmène au pays des enfants influenceurs. Dans ce monde où tout se monnaie et où chaque instant est filmé, Samy et Kimmy sont des stars. Mélanie, leur mère livre leur vie et la sienne en temps réel ou presque à des millions d’abonnés. Cette vie sensée être rêvée explose le jour ou la petite Kimmy, 6 ans est enlevée. Clara, flic chargée des procédure à la brigade criminelle met tout en œuvre pour essayer de retrouver la petite fille …

Quand le royaume de YouTube donne la nausée

Je ne suis pas forcément très objective en ce qui concerne Delphine de Vigean, j’ai aimé tous ses livres. Le dernier un peu moins tant je l’ai trouvé « facile » mais elle sait surprendre le lecteur et changer de genre avec virtuosité. 

Elle aborde ici le thème des réseaux sociaux façon thriller aux frontières de la chronique sociale. La construction est remarquable,  alternance des récits de deux femmes que tout oppose. Deux personnages féminins très fort : Mélanie, sorte d’Emma Bovary du virtuel qui comble son vide intérieur par des likes et Clara, flic célibataire, femme de l’ombre autant connectée à la « vraie » vie que déconnectée de l’époque actuelle.

Entre virtuel et réel …

Ce roman montre une société fragilisée dans laquelle il devient de plus en plus difficile de démêler le réel du virtuel. Moi même je me sens un peu schizophrène à l’écriture de ce post. Je passe des heures connectée à mon téléphone mais heureusement sans être en attente de likes (c’est heureux au vu de mon nombre d’abonnés) et ayant le recul nécessaire pour faire la part des choses. Il n’empêche que je frôle l’addiction bien consciente qu’elle peut vite se révéler dangereuse.  Certains comptes me fascinent autant qu’ils m’irritent. J’ai du mal avec cette surexposition et la consommation excessive qui va de pair mais j’y retourne sans cesse.

Au final, je m’interroge régulièrement sur le monde que nous sommes en train de bâtir (punaise, je parle comme ma mère et ma grand-mère auparavant), sur cette course à la satisfaction immédiate. Le dessein de l’auteure était bien là, nous questionner ! Point de jugement ni de dénonciation dans ce roman mais une invitation à s’interroger sur nos rapports avec les réseaux sociaux ou la télé-réalité et les répercussions psychologiques induites.

L’enfance, la place d’un enfant, la protection de l’enfance, sont des thèmes récurrents chez Delphine de Vigan. Comment peut-on exposer, voire exploiter ses propres enfants en leur imposant un rythme de travail infernal, des jeux avilissants et surtout tellement déconnectés. Là-dessus une autre question se pose : comment peut-on laisser ses enfants regarder ces chaînes you-tube ou les accompagner à des séances de dédicaces dignes des plus grandes rock-stars ? C’est autant fascinant que souffrance silencieuse de ces enfants est révoltante. 

Un roman bluffant

Bref, un livre redoutablement efficace, vraiment très bien écrit. Delphine de Vigan sait capter les interrogations de notre époque avec la sensibilité qui caractérise chacun de ses romans. 

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply
    matchingpoints
    31 juillet 2021 at 18 h 01 min

    Nous sommes avec nos petits enfants pour quelques semaines pendant leurs vacances. Tous les jours nous constatons les influences mais aussi l’addiction aux portables et les réseaux. Malheureusement nous ne sommes pas de bons exemples non plus, comme vous dites si justement. Il faut trouver un juste milieu, mais il manque le mode d’emploi…
    Merci pour l’avis de lecture, l’auteure sait trouver les sujets d’actualité !

    • Reply
      Laurence
      17 août 2021 at 21 h 16 min

      Oui, elle poursuit surtout ici son analyse de notre société … et ça fait parfois peur !!

Leave a Reply

*