Recettes

les légumes oubliés

Mon premier essai avec mon nouvel ustensile de la femme moderne a été fort concluant.
M-Chéri et Melle ont fait honneur à mon pot-au-feu … même sans poireaux (no comment) … mais avec des rutabagas et des panais.

Kesako ?

Ce sont des « légumes oubliés », des espèces délaissées qui parlent davantage à nos grands-parents qu’à nous et qui étaient tombés en désuétude en ce début de 21ème siècle. Voilà qu’ils font leur réapparition sur les étals des maraîchers. Je vous parle des rutabagas et des panais donc, mais aussi des crosnes, cardons, topinambour, orties sauvages, baies de sureau, nèfles, vitelottes … qui reprennent le chemin de nos assiettes.

Alors voici un petit lexique de ceux que nous trouvons aux halles le samedi matin (bon, même si j’avoue que c’est plus souvent M-Chéri qui me ramène ces délicieuses racines).

La Vitelotte est une pomme de terre à la chair violacée, originaire du Pérou semble t-il. Elle permet de réaliser des purées aux couleurs pour le moins amusantes. Cuite vapeur et servie avec un peu de beurre et une pincée de gros sel c’est une « tuerie » comme dirait ma sœur.

Le Rutabaga appartient à la famille des navets. Ce légume a mauvaise réputation puisque durant la seconde guerre mondiale, il figurait en bonne place des menus de restriction. Ayant eu la chance de ne pas connaître cette période, je me régale du petit goût de noisette de ce légume que j’ajoute à la soupe de légume ou que je cuis vapeur.

Le panais a la forme et la douceur d’une carotte, la texture, la couleur et le fruité d’un céleri rave. Rapé ou en purée c’est un délice et il agrémente à merveille le pot-au-feu.

Le topinambour au nom exotique est un légume dont les fleurs sont comme les tournesols et s’ouvrent vers le soleil. Ses racines se cuisent comme une pomme de terre et sont délicieuses en velouté crémeux ou en purée.

Le crosne est une minuscule racine qui ressemble à un coquillage. Il se prépare en toute simplicité cuit dans un peu de beurre et agrémenté d’une pointe de sel. Son goût proche de l’artichaut en fait un accompagnement original.
Comme le topinambour, gros inconvénient, le nettoyage. La terre et le sable se cachent dans les plis et replis de ces légumes à la forme rigolote … faudrait quand même espérer les ramasser propres et cuit, non ???

Il en existe sans doute beaucoup d’autres, au même titre que certaines herbes ou fruits. Tous font partie de notre patrimoine culinaire et culturel … et je vous laisse enrichir la liste.

PS : Je salive à l’écriture de ce billet … je ne pense qu’à manger alors que je devrais ne penser qu’au régime que j’ai entamé ce lundi !!! La plupart sont excellent vapeur mais sans aucun doute avec la lamelle de beurre et les grains de sels de Guérande  c’est fichtrement bon !!!

You Might Also Like

No Comments

    Leave a Reply

    *