Dans mon vanity #7

SAMSUNG CSC

Une petite sélection de mes produits chouchous spécial hiver !

Au saut du lit, plutôt que d’asperger mon visage d’eau fraîche, j’opte pour la version eau florale, beaucoup moins déséchante. J’alterne fleur d’oranger et eau de rose, cette dernière ayant un parfum désuet qui me rappelle ma grand-mère.

Ensuite, je ne zappe pas le sérum et le contour des yeux, mais ça, c’est ma routine journalière, été comme hiver.

Comme souvent le matin je fais du sport en plein air, je mets une crème à la fois très hydratante  et avec un indice de protection solaire (rapport qualité/ prix, rien de mieux que les crèmes vendues en pharmacie). Je n’oublie pas de tartiner mes lèvres et mes mains de produits à base de de beurre de karité (les petits conditionnement de l’Occitane sont parfaits pour être trimballés partout).

Si je travaille, j’ajoute la crème éclat minute de Clarins … et hop, je suis fin prête pour affronter le froid, la pluie ou le vent.

Et vous, des produits chouchous en hiver ?

Le lundi c’est ciné #7

Une Heure de tranquillité de Patrice Leconte

Michel, passionné de jazz, vient de dénicher un album rare qu’il rêve d’écouter tranquillement dans son salon. Mais le monde entier semble s’être ligué contre lui : sa femme choisit justement ce moment pour lui faire une révélation inopportune, son fils débarque à l’improviste, un de ses amis frappe à la porte, tandis que sa mère ne cesse de l’appeler sur son portable… Sans parler du fait qu’il s’agit ce jour-là de la fameuse Fête des Voisins… Manipulateur, menteur, Michel est prêt à tout pour avoir la paix. Est-il encore possible, aujourd’hui, de disposer d’une petite heure de tranquillité ?

Beaucoup d’agitation pour rien dans ce film. Dès le début, Christian Clavier ne fait pas dans la demi mesure et c’est fatigant. Heureusement, les personnages finissent par s’installer (ceux qui sont utiles) et le film prend enfin un sens (mais il est déjà fini, il ne dure qu’une heure quinze …).

On pourra quand même y trouver un fond de vérité en la personne de Michel, terriblement cynique, égoïste et insensible aux autres … rien de rare donc et il n’y a rien de drôle dans ce comportement. Carole Bouquet est parfaite dans ce rôle de femme dépressive, Stéphane De Groodt agaçant à souhait dans le rôle du voisin encombrant mais cela ne suffit pas à faire un film. Initialement, ce livre de Florian Zeller été destiné au théâtre et l’adaptation au cinéma manque de finesse et de mise en scène.

Alors, pour être franche, ça vaut tout juste une soirée télé un dimanche sur TF1 … et au vu des acteurs, c’est vraiment dommage !

Le lundi c’est ciné #6

201501 Ciné

Whiplash de Damien Chazelle est un film sur la relation entre un élève batteur surdoué et un professeur tyrannique.

Jusqu’au peut-on aller pour être le meilleur ? Doit-on tout sacrifier pour exercer sa passion ? A t-on le droit d’employer toutes les méthodes, y-compris les plus sadiques pour tirer le meilleur d’un élève et le pousser au sommet ? Autant de questions qui s’appliquent ici à la musique mais sont finalement universelles.

C’est un film brillant et intense. Les acteurs sont formidables. J’adore le jazz et j’ai aimé vibrer au rythme des cymbales, rester tendue comme la peau des percussions, vivre le solo final en apnée mais d’un autre côté, j’ai déploré la violence omniprésente et toujours suscitée par le même ressort musical sur fond de sang et de sueur.

Ce film reste quand même un énorme coup de coeur  !!

Novecento : pianiste (Allessandro Baricco)

201501 lecture

Ayant décidé de participer au challenge de George « Plan Orsec PAL 2015 », j’ai commencé à lister la liste des livres à lire et j’en ai retrouvé un, tout petit, glissé entre deux pavés et dont j’avais totalement oublié l’existence : « Novecento : Pianiste », d’Alessandro Baricco.

Voilà un livre absolument inclassable : roman, nouvelle, poème en prose, fable… ou un peu de tout cela en même temps ?

C’est l’histoire de Novecento, né puis abandonné sur un bateau transatlantique, adopté par un marin et rebaptisé Danny Boodmann T.D. Lemon Novecento. Danny deviendra un fabuleux pianiste de Jazz et ne quittera jamais ce paquebot qui l’aura vu naître. C’est son meilleur ami, trompettiste qui sous forme d’un monologue raconte la vie de Danny

L’auteur explique lui même « Je ne crois pas qu’il y ait un nom pour des textes de ce genre. Peu importe. L’histoire me paraissait belle, et valoir la peine d’être racontée. J’aime bien l’idée que quelqu’un la lira. »

Quel plaisir que de lire ce livre qui fait réfléchir sur ce après quoi nous ne cessons de courir …

Un petit livre charmant, étrange, comme une ritournelle qui nous court dans la tête même longtemps après avoir tourné la dernière page … une jolie parenthèse entre deux pavés !

Challenge Plan Orsec PAL 2015 #1

livres-volants-la-biblio

Hymne du jour

Et vous, plutôt Marseillaise ou chant des partisans ? Aujourd’hui, j’hésite …