Lecture

Voyages

Humeurs

    Critiques littéraires Culture

    Tristan (Clarence Boulay)

    Nous sommes à l’autre bout du monde, au Cap. Ida et Léon devaient prendre un bateau direction l’île de Tristan (encore plus au bout du monde) mais, faute de place, seule Ida a été tirée au sort et prend place sur le langoustier qui la déposera sur l’île. Pour la jeune illustratrice, ce voyage s’apparente à une retraite tant le petit bout de terre est isolé de tout. Les journée s’écoulent avec douceur, Ida dessine et se fait une place au sein de la petite communauté discrète et secrète. Lorsqu’un cargo échoue sur l’île voisine, elle se porte volontaire pour aller secourir les oiseaux mazoutés.

    Je ne vous en dirai pas davantage mais une fois de plus Sabine Wiespieser a un talent infini pour dénicher de nouveaux talents. Clarence Boulay écrit une histoire d’amour forte et envoutante avec une incroyable maîtrise. Les mots coulent avec élégance et poésie, les descriptions de la nature sauvage de l’île sont saisissantes, les personnages sont subtiles et attachants malgré leur rudesse … c’est un immense coup de cœur !

    Edit : j’ai lu ce livre il y a quelques temps mais j’ai un énorme retard dans mes chroniques et en écrivant cette dernière, je me demande même comment j’ai pu laisser de côté un tel bijou. Le hasard fait que le livre a reçu cette semaine le prix 2018 du Roman Version Fémina et vous savez quoi … ça me donne envie de le relire, maintenant que je connais l’histoire, juste pour profiter de la beauté des phrases !

    PS1 : Merci ma Danièle pour le prêt de ce livre tellement beau …
    PS2 : je ne vous parlerai pas du second livre sur la photo, je n’ai pas réussi à le lire, c’est rare mais ça m’arrive !!

  • Balades En France Photographie

    Balade à Bayonne en hiver

    Dimanche dernier, avec Melle nous avons décidé d’une balade urbaine dans le quartier historique de Bayonne. Motivées par une exposition photo au Didam nous voilà parties à la découverte (ou redécouverte)…

  • Humeurs

    Bye Bye 2018

    Et hop, un tour de plus au compteur des années et voici venu le temps : des rires et des chants … non ! (et puis de toutes façons je ne suis…