Le lundi c’est ciné #16

201701 Cinéma

Carole Mathieu est médecin du travail pour une société de vente en ligne. Elle a été agressée par un des salariés de l’entreprise et malgré le traumatisme reprend son travail. Entièrement dévouée à son métier, elle frôle le burn-out à force d’encaisser les souffrances, les violences et les humiliations subies au quotidien par les salariés de la plateforme d’appel.

Les suicides se succèdent, la police enquête, la direction ne pense qu’à sauve la face et ne pas perdre de chiffre, le médecin alerte en vain, les syndicats tergiversent sur l’attitude à adopter et au final, ce sont les salariés qui trinquent.

C’est un film violent, à la limite du documentaire quant il s’agit de décrire les conditions de travail et les méthodes de management humiliantes dans une entreprise menée par la nécessité de rentabilité et l’atteinte des objectifs. Isabelle Adjani porte le personnage de Carole Mathieu de façon bluffante, ce film c’est elle !

L’auteur du livre dont le film a été tiré (Marin Ledun – Les visages écrasés) a été chercheur en sociologie chez France Telecom … et nul doute que quand on regarde « Carole Mathieu » c’est à la vague de suicides chez France Telecom que l’on pense.

J’ai peu apprécié le parti pris du réalisateur d’en faire un film mi polar, mi fantastique mais c’est sans doute que trop ancré dans la réalité, ce film aurait été à la limite du supportable … On peut aussi déplorer que ce film, diffusé sur Arte avant de sortir sur grand écran soit passé inaperçu … C’est un peu dans la veine de Ressources Humaine de Laurent Cantet, à voir, à méditer et à montrer à tous les jeunes loups qui sortent des écoles de commerces …

Le grand n’importe quoi du jour !

FullSizeRender-3

Je me suis longuement interrogée sur le titre que j’allais donner à ce billet : « le premier jour du reste de ma vie professionnelle » ou « vis ma vie de commerciale débutante » … d’ailleurs je ne sais toujours pas … mais vous oui !

Après un bouleversement de vie, j’ai complètement changé d’orientation professionnelle et après 3 semaines de formation, j’attaquais de ce matin ma première journée en tant que commerciale … et là, je réalise qu’il y a des années que je n’ai pas écrit de billet « de vie » !

Je n’étais pas plus stressée que ça, mes deux rendez-vous de ce matin ayant été soigneusement préparés (oui, même à presque 50 ans je reste une bûcheuse acharnée), mon ordinateur verrouillé sur la bonne page si cela s’avérait nécessaire, mes boîtes de chocolats à offrir au client, mes cartes de visite … j’avais juste oublié mon bloc notes mais quelques feuilles blanches ont fait l’affaire !

Premier coup de stress au petit déjeuner quand Waze n’a pas reconnu l’adresse à laquelle je devais me rendre … et oui, je suis devenue complètement Waze-dependant mais finalement via michelin m’a sauvé la mise.

Second coup de stress quand le réparateur de la chaudière m’a rappelée ce matin (oui, quand même c’est pas de bol une panne de chaudière cette semaine mais peu importe en 2017 je suis la zénitude incarnée 😉 ) me faisant faire quelques manipulations qui ont ruiné les 10 minutes que j’avais prévues d’avance (oui, seulement 10, je vous l’ai dit, je suis zen).

Je suis finalement arrivée à la minute près (ouf) et tout s’est bien passé.

Un petit coup de Waze plus tard et me voilà partie pour mon second rendez-vous. Comme j’avais 10 minutes d’avance, je décide de faire le plein d’essence de mon nouveau carrosse affrété spécialement pour moi et là, impossible d’ouvrit le clapet du réservoir. Je bataille quelques instants avec la fermeture / ouverture centralisée, en vain. Comme je suis zen et qu’en plus je me sens une âme de princesse en ce moment, aucune honte, j’interpelle un jeune homme (ouais, jeune, c’était mon jour de chance) pour lui demander de l’aide. Une évidence pour lui : le bouton d’ouverture au sol à gauche du siège conducteur et gentiment, il me précise que c’est du Diesel que je dois mettre … ok, minute béate !

Le réservoir ouvert, impossible de mettre de l’essence, le pistolet étant bloqué puisque j’avais commencé avec du Diesel, reposé le pistolet et poursuivi avec du Diesel Excellium … (enfin, avant, j’avais fait le tour de la pompe trois fois, cherché l’automate carte bancaire et dérangé le pompiste !!).

Je repars vers mon rendez-vous, sans plus une once de batterie … merci Waze ! Du coup, je me perds un peu mais j’arrive à l’heure et une nouvelle fois, ça se passe bien.

Bon voilà, autant de trucs dont vous vous moquez sans doute, mais que j’espère relire avec plaisir dans des années et ma sœur, inutile de t’esclaffer je t’entends jusqu’ici et pour que tu saches tout, j’ai terminé ma journée avec un troisième RV sans me perdre, sans retard et avec succès !

La trilogie écossaise de Peter May

201701 lecture

Cela fait un moment que je n’ai pas parlé de livres ici, un moment que je n’ai pas parlé tout court d’ailleurs ! Attention, gros retard de lecture à rattraper !

A la recherche de livres prenants j’ai achevé la trilogie de Peter May , de quoi me donner des envies de découvrir l’Ecosse, même si celle dont parle l’auteur n’est pas des plus accueillantes !

Dans ces deux opus, nous retrouvons Fin Macleod. Il a abandonné définitivement sa carrière de policier et Edimbourg pour revenir vire sur son île natale des Hébrides, cette île battue par les tempêtes en chaque saison. Une nouvelle fois, il est confronté à son passé, à un cadavre et ses amis d’enfance qui eux n’ont pas quitté l’île. Le passé se mêle habilement au présent entre histoire et nostalgie de l’enfance.

Peter May profite du dernier volet de la trilogie pour évoquer une période sombre de l’histoire de l´Écosse, celle des homers, ces orphelins recueillis dans des familles qui les auront au mieux un peu aimés, au pire beaucoup exploités.

Dans ces deux livres, on retrouve cette Écosse mystérieuse, majestueuse et sauvage. L’écriture est riche, dense, tour à tour violente et poétique …

Instantané du jour #25

SAMSUNG CSC

Se lancer des défis personnels
Ecouter le silence
Partir seule
Profiter
Toucher la neige
Prendre des photos à plat ventre
Se sentir libre
Avoir un peu peur aussi
… mais vivre …
C’était un beau samedi

Petit Pays (Gaël Faye) – RL2016 #5

201611 Lecture

Né au Burundi, d’un père français expatrié et d’une mère rwandaise exilée, Gaby coule des jours heureux avec sa bande de copains dans un quartier tranquille de la capitale Bujumbura. Ses parents se séparent et en 1993, alors que les élections présidentielles sont une promesse de démocratie, le Burundi, ce « petit pays » tombe dans une décennie de haine, la guerre civile qui oppose Hutus aux Tutsis aboutissant au génocide rwandais.

Comment peut-on être un enfant franço-rwandais et tutsi dans un pays d’Afrique en guerre ? Ces années seront un trait sur son enfance, la fin de l’innocence et la découverte du racisme et de la violence.

C’est malgré tout une histoire tendre que nous livre Gaël Faye, le récit spontané de sa jeunesse, de son paradis perdu. Malgré la tragédie, il y a beaucoup de tendresse et de finesse dans ces lignes, une infinie pudeur … et surtout un immense talent. L’écriture est poétique et musicale (Gaël Faye est auteur-compositeur et interprète) et les mots chantent aux oreilles du lecteur.

Je ne suis pas surprise que ce livre se soit vu décerner le prix Goncourt des Lycéens, c’est un incontournable de la rentrée littéraire, un livre lumineux !