Détox #1 (Décision)

Le sevrage monétaire est en bonne voie … pas une dépense depuis le 15 janvier (heureusement, mon chéri remplit le frigo, mon plein d’essence est fait et j’ai de quoi me vêtir pour les 10 ans à venir).

Pour les bonnes résolutions alimentaires, c’est plus compliqué. Forcément, je compense les privations évoquées ci-dessus et à ma décharge, travailler au milieu de tablettes de chocolat, ça n’aide pas. Enfin, cela fait maintenant quelques semaines que tous les magazines féminins font leur une sur le régime Détox. Je les ai tous (beaucoup) lus avec interêt … puis dégoût. Autant de privations, vraiment je ne m’en sens pas le courage !!! Néanmoins, j’accorde un certain intérêt à la « formule Phyto » proposée par mon hebdo préféré. Je le lis, le pose, le reprends depuis quelques jours mais ce matin alors que je lambine devant mon café, mes tartines … beurrées et confiturées, ça y est, je me décide : je l’attaque. J’ai quand même avalé aujourd’hui au moins 6 carrés de chocolats (pour les non avertis, un carré = environ 10g … faîtes le calcul !!!).

C’est ici

Pause déjeuner : je prépare ma liste de course (la formule choisie est assez simple et devrait se révéler peu onéreuse … résolution n°1 oblige) et je file faire les courses nécessaires. Ca commence mal, il me faut une tisane avec 1/3 menthe + 1/3 camomille + 1/3 tilleul. Je trouve finalement des sachets tilleul-menthe et camomille ça devrait le faire … (au fait, je me suis trompée, je percute à l’instant que j’ai acheté réglisse menthe … et m… !!! ). Il me faut ensuite des galettes de maïs … impossible à trouver, j’achète donc des galettes de riz … je ne suis plus tout à fait sûre que « ça va le faire » et je suis déjà découragée avant même de commencer !!!!

Je calcule enfin la date de démarrage de mon opération détox. Durée 3 jours. Samedi matin c’est marché à Pau… et pas de marché sans la pause café-croissant, impossible de commencer demain donc, ni samedi … c’est décidé, je commence dimanche … à suivre

Les prodigieuses aventures des soeurs Hunt

Olivia Hunt a la trentaine et toute sa vie à revoir. Elle vient de se faire virer d’Universal et devient du coup productrice indépendante sans le sou. Son petit ami, l’homme de sa vie, a disparu un matin sous prétexte qu’il avait besoin de prendre l’air. Alors qu’elle peaufine sa lettre de suicide, Olivia apprend que Maddie, sa jeune soeur est atteinte de leucémie. Confrontée à la maladie de cette soeur bien aimée, elle ne se laisse pas abattre et prend sa vie en main, côté boulot et côté coeur.

Emouvant et drôle à la fois, ce roman est un éloge à la complicité et à l’amour, parfois teinté de jalousie ou d’agacement qui peut unir deux soeurs. Ecrit sous forme épistolaire, l’histoire se dessine à travers les lettres et mails d’Olivia à Tina sa meilleure amie, Michael son ex petit ami, sa soeur, ses parents … Ce livre aborde la mort sans jamais tomber dans le misérabilisme et donne une grande leçon d’optimisme. A lire aboslument (Agnès, à rajouter dans la liste de ce que tu feras l’agrégation passée …)

Wii

La WII … THE cadeau. Celui que tout le monde veut en 2007, et que seuls les enfants des parents bien organisés auront trouvé au pied du sapin. C’était donc le cadeau tant attendu par petit-B, mais introuvable au delà du 10 décembre …

Il faut bien dire que l’achat de ce jeu suscitait quelques réticences de ma part. J’ai dans la tête les images de la publicité montrant un jeune jouant au tennis et se jetant sur le canapé les bras en l’air à chaque smatch. Mes craintes se sont trouvées renforcées lorsque j’ai étudié les rayon des jeux, cherchant les jeux « Mario » (les meilleurs dixit les enfants) et lisant au dos du coffret « Mario aux jeux Olympiques, pour courrir, sauter … », j’imaginais déjà le bordel dans le salon.

Bref, après multiples tergiversations, Noël c’est la fête des enfants, la décision est prise, petit-B aura la WII demandée. Mais Petit-B n’est pas le seul à vouloir cette console est impossible d’en trouver une. Ce n’est pas faute d’avoir déployé beaucoup d’énergie (merci à ma soeur qui a sollicité ses élèves, à mon beau frère qui été fouiller jusqu’au fin fond du Périgord, à Grand-B qui a cherché sur Internet … et à mon chéri qui a tout essayé auprès des instances dirigeantes du Leclerc) … mais le 25 décembre, au pied du sapin … Petit-B a trouvé un jeu pour la WII … sans WII !!!

Mercredi 9 janvier : appel du Leclerc Culturel (et oui, tout arrive à Oloron, même un espace culturel), la WII commandée est arrivée et réservée puisque je ne peux pas aller la chercher de suite (soldes obligent, voir mon billet précédent). Je m’empresse d’appeler Petit-B pour lui annoncer la nouvelle en avant première, je lui laisse finalement un message  … qu’il n’écoutera finalement que le samedi, à ma demande … quel flop !!! Il est quand même surexcité à l’idée d’avoir son cadeau de Noël et planifie sa visite pour le prochain WE.

Jeudi 17 Janvier : je trouve le temps d’aller chercher la précieuse console. Je me présente au rayon des jeux et réclamme mon bien. Je suis accueuillie par un jeune stagiaire qui me raconte une histoire invraissemblable à savoir que les WII sont arrivées mais une console du lot était défectueuse … et qu’il n’y en a plus à ce jour. Je suis éberluée : PLUS DE WII ??? et ma réservation alors !!!! Je demande donc au jeune stagiaire (c’est écrit sur son badge) s’il est vraiment sûr de ce qu’il affirme, et, honte à mois, je demande à voir un responsable. Pas de responsable présent aujourd’hui. Et là, mon cerveau d’affole : M.Chéri va chercher Petit-B demain, Petit-B va réclammer sa WII à peine monté dans la voiture … et là, j’imagine que M-Chéri va immédiatement appeler la direction pour expliquer que la WII commandée n’est pas là … scancale assuré !!!). Je décide donc de faire ma ch… de base et annonce au stagiaire que si je n’ai pas la WII pour demain, ça va sérieusement chauffer pour son matricule, que le directeur du Leclerc a personnellement veillé à ce que ma commande soit bien enregistrée … et blablabla … je me déteste. Il passe quelques appels et revient désolé : pas de WII. Je me fais plus pressante et lui explique qu’il (lui, son chef ou peu m’importe) va avoir de sérieux ennuis parceque moi, je suis gentille et calme, mais que mon mari va illico se plaindre auprès de la direction que la WII de SON fils tant attendue, commandée, réservée, arrivée … s’est finalement envolée. Je lui demande donc une dernière fois de bien vérifier qu’il n’y a pas d’erreur et qu’il a bien cherché histoire qu’il ne se fassen pas blâmer pour rien. Il me laisse sur place, en train de me demander comment je vais bien pouvoir annoncer la nouvelle à Petit-B … et surtout à son père. Il revient finalement 10 minutes plus tard (pour l’anecdote j’aurais eu le temps de regarder la totalité du journal de 13h sur les écrans de TV en démonstration …) … avec une WII !!! Ouf, je sors du Leclerc la serrant précieusement dans mes bras, prête à mordre le premier qui m’approche.

Maintenant, je me demande bien par quel miracle cette WII a finalement réapparu. De deux choses l’une, soit elle était bien cachée, soit on m’a refilé la WII déféctueuse qui était en voie de réexpédition

Horribilis annum debutum

La cigale et la fourmi … célèbre fable de Lafontaine.

J’ai bien une petite idée des fourmis qui m’entourent et au passage je les félicite mais ce qui est sur c’est qu’en cigale, je suis sans aucun doute en lice pour les championnats du monde …

Dire que mi-décembre, je suis allée faire un scandale à mon banquier l’insultant (poliment tout de même) pour les frais inconsidérés prélevés pour découvert sur mon compte en banque. Résultat de cette bataille : de sa part un remboursement d’une partie de ces frais … et de la mienne la promesse d’être raisonnable !!!

A peine trois semaines plus tard, ayant dépensé sans compter tout décembre (que c’est bon de faire des cadeaux … aux autres et à soi) et continué début Janvier (Ah, vive les soldes !!!!) le banquier qui n’était pas d’humeur à plaisanter m’a sérieusement fait redescendre sur terre.

Je ne suis pas sûre de profiter comme il se devrait des souvenirs (et des achats) des bons moments passés rue St Honoré et boulevard Haussman à Paris la semaine dernière … n’est pas « Pretty Woman » qui veut, il faut se ressaisir.

A grand renfort de tableurs, virements de compte à compte et prévisions budgétaires pour  2008 (primes, lotos ….), la seule conclusion possible est : zéro dépense pour ce qui reste de janvier, février et mars … et c’est un minimum.

Le couac : les vacances prévues en Italie fin février … mais soyons positif, c’est une excellente motivation pour un sevrage total de shopping d’ici là … et histoire de me remonter le moral, poursuivons les excès de Noël, je me gave de chocolats ….

Ceci dit,  le verdict de la balance est aussi radical que celui du banquier. Un sevrage de chocolats, galettes et autres sucrerie s’impose.

Me voilà donc mi janvier, pleine de bonnes résolutions pour une nouvelle vie : régime alimentaire et financier … et journal intime en ligne, je crois qu’en plus je suis folle !!!!

Pourquoi ouvrir un blog

Pourquoi ouvrir un blog ?

pour dire quoi ? Parler de qui ? Raconter les anecdotes (drôles ou moins drôles) de notre quotidien ?

… inutile de chercher une raison, la réponse est : Et pourquoi pas moi ….

Voilà la première décision prise.

J’imagine déjà la tête de on chéri et de la tribu (cf. plus bas) s’ils savent que je deviens une « blogueuse » … je les entends déjà « Toi ???? », « A ton âge !!! » … j’en passe et des meilleures, la seconde décision qui s’impose est : ne rien dire et attendre.

Alors voilà, ce sera mon premier billet, motivé par ma soeur (Agnès-loutre … je sais, elle va e détester mais de toutes façon c’est écrit sur son blog) … et indirectement par ses copines blogueuses.

La tribu :
Non que ce soit une bien grande famille (attendons que les enfants grandissent …), mais quelques explications s’imposent. Le noyau de la tribu c’est donc : Melle (ma fille), les fils de Thierry (Grand-B et Petit-B), mon chéri et Laurence. Jusque là c’est simple. Niveau organisation quotidienne, ça se complique …
– Petit-B, le plus jeune donc, vit avec sa maman. Il nous rejoint un WE de temps en temps et à chaque vacance scolaire.
– Melle vit une semaine avec nous, une semaine chez son papa … vacances scolaires y compris dans ce rythme alterné.
– Grand-B réside avec nous « à plein temps » … et un WE de temps en temps chez sa mère, c’est notre Tanguy.
Avec les contraintes des uns et des autres (dans les autres, comptons les nouveaux conjoints de nos ex) … jamais un WE en amoureux … des vacances toujours bien remplies occasions de fous rires, batailles et autres crises en tout genre.

S’ajoutent à la tribu :
– le chinchilla (… je réalise qu’il n’a même pas de nom),
– Lily, notre chatte,
– Loulou, notre cheval (notre = Melle et Moi, les garçons le détestent) en pension à quelques kilomètres de notre demeure … mais responsable de beaucoup d’aller-retour en voitures,
… il y a quelques mois, j’aurais pu rajouter les souris blanches qui se sont multipliées à envie, le couple de lapins nains et leur progéniture régulière (il y a des expressions qui se méritent !!!), les gerbilles et le hamster des voisins. La sélection naturelle faisant parfois bien les choses, ces charmantes bestioles se sont « bouffées » entre elles pour les unes, sont mortes de vieillesse pour d’autres … et j’avoue avoir participé activement à l’éradication des souris blanches suite à un repas ou nos invités ont pu assister à une ballet continu de petites bêtes blanches qui avaient finalement décidé qu’il faisait beaucoup plus chaud dans le salon que sur le balcon.

… Et plus occasionnellement les amis des uns et des autres (grands et petits), la famille (ma famille, M-Chéri est fils unique … ouf) et la presque famille : nos amis-voisins parisiens qui sont là pour les vacances scolaires.

Voilà pour le départ … suite au prochain billet.

P1010551